Publicité

Un Français sur deux juge que Marine Le Pen est "un danger pour la démocratie"

Marine Le Pen, dans une vidéo de campagne dévoilée samedi 15 janvier 2022 - BFMTV
Marine Le Pen, dans une vidéo de campagne dévoilée samedi 15 janvier 2022 - BFMTV

Tous les ans, la société Kantar Public réalise un baromètre sur l'image du Rassemblement national auprès du public pour France Info et Le Monde. L'institut de sondages a publié sa dernière livraison du genre ce lundi.

En cette année de présidentielle, les enquêteurs ont élargi le spectre de cette étude, qui explore notamment la perception que les Français nourrissent à l'égard de Marine Le Pen, aux autres candidats à la présidentielle. Il en ressort que tandis qu'un de nos concitoyens sur deux estime que la prétendante du RN représente "un danger pour la démocratie", 62% d'entre eux formulent le même jugement à l'égard de son rival à l'extrême droite Eric Zemmour.

Les Français - dont 63% disent ne jamais avoir voté pour le RN (ni pour le Front national avant lui) et ne pas avoir l'intention de le faire - déclarent donc pour la moitié d'entre eux que Marine Le Pen met en péril la démocratie. L'image de cette dernière s'améliore pourtant. Ils ne sont plus que 40% à la poser en leader d'un mouvement d'"extrême droite nationaliste et xénophone" contre 49% en février 2017, ainsi qu'en février 2019 d'ailleurs.

876450610001_6291978117001

Le RN peine à convaincre de ses capacités à gouverner

Il faut dire que c'est l'image du Rassemblement national en lui-même qui connaît une embellie certaine. Certes, 48% des Français en font un "danger pour la démocratie" mais ils sont dix points de moins qu'il y a cinq ans. La décrue est même de 25 points si l'on se reporte au début des années 1990. En revanche, seuls 29% des Français se disent en accord avec les idées du Rassemblement national (une chute de quatre points par rapport au taux enregistré en 2017) et ils ne sont que 33% à l'imaginer apte à participer à un gouvernement.

Sur les plateaux télés, ou depuis le début de sa campagne, Éric Zemmour a beaucoup brocardé l'amateurisme présumé de Marine Le Pen et des siens. Problème pour lui d'après les données transmises ce lundi par Kantar, il suscite la défiance d'une plus large part de l'électorat encore: 62% des Français le voient en effet comme "un danger pour la démocratie", et 64% en font le tenant d'une extrême droite "nationaliste et xénophobe". Ils ne sont que 8% à souhaiter sa victoire au scrutin du printemps contre 21% côté Marine Le Pen.

Si les autres ne font pas peur à grand monde (par exemple, Valérie Pécresse n'inspire une crainte pour l'avenir de la démocratie en France qu'à 19% de nos compatriotes, Anne Hidalgo à 14% d'entre eux, Yannick Jadot à 9%), Emmanuel Macron atteint sur ce point un seuil non négligeable. Pour 31% du panel, il représente en effet un "danger pour la démocratie". Il se situe à un niveau supérieur de deux points à Jean-Luc Mélenchon.

Stabilité idéologique plutôt que "droitisation"

L'enquête conduite par Kantar Public se double d'un volet plus idéologique. Ainsi, l'institut a voulu mesurer la diffusion des idées portées par la droite et l'extrême droite dans l'opinion. Il apparaît que celle-ci est stable mais ne manifeste pas d'extension particulière.

47% des Français déclarent qu'il y a "trop d'immigrés en France" (en progression d'un point en un an) et 39% ne se "sentent plus vraiment chez eux" (à l'issue, cette fois, d'une baisse d'un point). Certains des axes saillants du programme de Marine Le Pen pour la présidentielle à venir ne font d'ailleurs pas recette. Seulement 30% des électeurs approuveraient l'abolition du droit du sol, 32% celle de l'Aide médicale d'Etat. 53% des Français toutefois tombent d'accord autour de l'instauration d'une présomption de légitime défense à l'égard des forces de l'ordre.

Article original publié sur BFMTV.com