Les fous du volant, consommateurs de malbouffe et de boissons énergisantes

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
(Sean Murphy via getty images)
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Lors de son dernier congrès, le collège européen de neuropsychophamacologie a dressé le profil des conducteurs les plus dangereux sur les routes.

Chips, hamburgers et cookies sont-ils le carburant des mauvais conducteurs ? Une nouvelle étude présentée lors du congrès du collège européen de neuropsychophamacologie qui se tient à Lisbonne jusqu’au 5 octobre pointe un lien entre ce que consomment les conducteurs et les accidents sur les routes.

Pour cette étude, les chercheurs ont étudié les données de 817 conducteurs récoltées en Estonie depuis 2001. Ils ont demandé aux volontaires de remplir un questionnaire sur leurs réactions au volant et de réaliser des tests sanguins. Ils ont ensuite comparé les résultats aux informations de leurs assurances (nombre et types d’accidents).

VIDÉO - Alimentation des jeunes: alerte à la malbouffe !

Un besoin d’excitation qui se traduit par des comportements à risques

Verdict : parmi le panel, 137 conducteurs condamnés pour non-respect des limitations de vitesse ont rapporté consommer beaucoup de malbouffe et de boissons énergisantes. "Nous avons constaté que les personnes qui boivent des boissons énergisantes au moins une fois par semaine étaient deux fois plus susceptibles d'accélérer que ceux qui n’en consomment pas aussi souvent”, précise Tõnis Tokko, le principal chercheur de l’étude. Ce type de boisson n’est pas la cause directe des infractions, mais traduit chez les participants un besoin d’excitation et donc une tendance à accélérer en voiture et d'avoir un comportement à risque sur les routes. "Il existe des associations significatives entre les comportements routiers à risque et plusieurs autres comportements, tels que la pratique intense d’un sport, la consommation d'alcool et de malbouffe", ajoute le chercheur.

Cette étude pourrait permettre, à terme, de prévenir certains accidents grâce à un suivi des personnes à risque d’en commettre. Plus de 45 000 accidents corporels de la circulation ont eu lieu en France métropolitaine en 2020 et 2 780 personnes sont décédées sur les routes.

VIDÉO - Voici les 10 voitures les plus vendues en France entre janvier et août 2021

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles