Quand la Formule 1 s'allie au cyclisme

·1 min de lecture

Le sextuple champion du monde britannique de F1, Lewis Hamilton, a remporté dimanche après-midi le Grand prix du Portugal et battu le record du nombre de victoires dans cette discipline (92), devant Michael Schumacher. Son compatriote Tao Geoghegan Hart a remporté quelques minutes après le Tour d'Italie cycliste, à 25 ans. Le rapport entre ces deux sacres? L'écurie Mercedes du premier et l'équipe Ineos du second peuvent goûter chacune à la victoire de l'autre, grâce à leur partenariat de cinq ans signé en décembre 2019.

Cette alliance entre les équipes du groupe pétrochimique anglais (cyclisme et voile) et le constructeur allemand est surtout visible par les légères touches bordeaux qui accompagnent le nom Ineos sur l'aileron des Mercedes de Lewis Hamilton et de Valtteri Bottas. Mais l'accord prévoit surtout un partage de connaissances "en matière de science, de technologie, de performances humaines et de stratégie de course", comme l'indiquait Dave Brailsford, le manager du Team Ineos. Pour l'essentiel, Mercedes apporte son expertise en matière d'aérodynamisme et de technologies autour du carbone, utilisé pour concevoir les monoplaces comme les cadres des vélos ; des ingénieurs ont été détachés.

Ce n'est pas la première fois que les deux sports s'allient. Il y a sept ans, le pilote espagnol Fernando Alonso, amoureux de la petite reine, avait tenté de reprendre l'équipe Euskaltel. Un an plus tard, ­McLaren collaborait avec le fabricant ­Specialized et Mark Cavendish pour con...


Lire la suite sur LeJDD