Publicité

"Le forfait le plus élevé au sein de l'Union européenne" : Spotify annonce une augmentation de ses prix en France à cause de la création d'une taxe streaming

Publicité pour Spotify. - Abaca
Publicité pour Spotify. - Abaca

Le montant de cette hausse n'a pas encore été communiqué.

Encore une hausse des prix pour les consommateurs. Dans une lettre ouverte à ses abonnés ce jeudi 7 mars 2024, la plateforme Spotify annonce une augmentation de son tarif sur le territoire français. "Prochainement, nos abonnés à Spotify Premium en France subiront une augmentation de prix en raison de coûts supplémentaires sur les services de streaming musicaux, imposés par le gouvernement français dans le cadre de la 'taxe CNM'", déclare la plateforme musicale.

"Nous avons tout fait pour éviter d'en arriver là"

Cette taxe a été mise en place dans le cadre d'un amendement au projet de loi sur le budget 2024 en début d'année. Les plateformes de streaming comme Spotify, Deezer, Apple Music et Amazon Music auront un taux de prélèvement sur leur chiffre d'affaires afin de financer la filière musicale française. Cette taxe est à hauteur de 1,75% du chiffre d'affaires. Le prélèvement sera fait de manière progressive en fonction des revenus de chaque entité.

"Nous avons tout fait pour éviter d'en arriver là. Malheureusement, le gouvernement français en a décidé autrement", poursuit Spotify France. Et de confier que son "inquiétude", "en plus de ce qui équivaudrait à un double paiement de notre part", "a été que cette taxe n'aille pas directement aux artistes", "ni n'ait un rendement tangible visible pour les fans ; Au lieu de cela, elle se fera simplement aux dépens des auditeurs, et créera un intermédiaire...

Lire la suite


À lire aussi

Les Enfoirés 2024 : Combien de CD vendus au profit des Restos du coeur en première semaine ?
"Bonjour !" : Les avocats de Coline Berry saisissent l'Arcom après l'interview de Richard Berry, dans la matinale de Bruce Toussaint sur TF1
Boycottée par EE-LV, CNews sera "déchargée" de recevoir des écolos en plateau pendant les européennes