Florange : quand Montebourg a failli démissionner

Le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, a brandi la menace de sa démission du gouvernement au cours d'un entretien samedi avec le chef de l'Etat François Hollande après avoir été désavoué par le Premier ministre sur le dossier Florange, affirme le quotidien "Libération" dans son édition du lundi 3 décembre.

"Je lui ai dit que si rien n'était fait avant ce soir [samedi, ndlr] pour réparer les dégâts sur cette question de nationalisation, je ne resterai pas au gouvernement, et la dislocation va commencer. Il m'a demandé de n'en rien faire", déclare Arnaud Montebourg à "Libération" à propos de cette entrevue avec le président de la République, à l'Elysée samedi matin.

"Ce n'était pas une question personnelle. Derrière ce dossier, il y a des gens", ajoute le ministre cité par le quotidien.

Une lettre de démission rédigée 

Selon "Libération", l'Elysée "a passé son samedi à éviter la rupture" après que la proposition d'Arnaud Montebourg de nationaliser Florange n'eut pas été retenue la veille par le Premier ministre Jean-Marc Ayrault. Vers 16 heures, il aurait même rédigé sa lettre de démission.

Finalement, samedi soir sur TF1, Arnaud Montebourg a écarté toute idée de démission. "J'ai décidé de rester à mon poste de travail et de combat", a-t-il affirmé.



Retrouvez cet article sur Le Nouvel Observateur

Florange : quand Montebourg a failli démissionner
Florange : "Tous les moulinets de Montebourg n'ont servi à rien"
Accord sur Florange : les syndicats critiquent "la cacophonie"
Montebourg : "J'ai décidé de rester à mon poste de combat"
Florange : le gouvernement choisit la troisième voie
Tout commentaire contraire à la réglementation en vigueur (et notamment tout commentaire à caractère raciste, antisémite ou diffamatoire) pourra donner lieu à la suppression de votre compte Yahoo
Le cas échéant, certains commentaires que vous postez pourront également donner lieu à des poursuites judiciaires à votre encontre.