"Le Flambeau", suite de "La Flamme" vu par Freddy Gladieux, co-scénariste

Freddy Gladieux, comédien et scénariste, dévoile les coulisses de l'écriture du Flambeau. (Photo: @freddygladieux)
Freddy Gladieux, comédien et scénariste, dévoile les coulisses de l'écriture du Flambeau. (Photo: @freddygladieux)

Freddy Gladieux, comédien et scénariste, dévoile les coulisses de l'écriture du Flambeau. (Photo: @freddygladieux)

HUMOUR - Les premiers épisodes du Flambeausont disponibles sur Canal+ dès ce lundi 23 mai. Créée par Jonathan Cohen, la suite très attendue de La Flamme s’annonce déjantée. Après avoir parodié les téléréalités de rencontres amoureuses, la série s’attaque désormais à l’émission culte Koh-Lanta.

Encore une fois, la production mobilise un casting de haut vol, avec des anciens comédiens qui reviennent à l’écran (Leïla Bekhti, Adèle Exarchopoulos, Pierre Niney, Ana Girardot...), mais également de nouveaux acteurs, comme Jérôme Commandeur dans le rôle du présentateur, Kad Merad, Laura Felpin ou encore Mister V.

Avant la sortie de cette nouvelle saison, Le HuffPost a posé trois questions à Freddy Gladieux, comédien et scénariste, qui a travaillé sur l’écriture du Flambeau avec Jonathan Cohen, David Caviglioli, Hugo Benamozig, Jérémie Galan et Florent Bernard.

On a regardé les premiers épisodes du Flambeau. La saison s’annonce aussi barrée que La Flamme. Est-ce aussi agréable à écrire qu’à regarder? 

Déjà, il faut savoir que La Flamme est un des programmes français qui m’a fait le plus rire ces dernières années. En tant que spectateur, c’est le type de comédie qui me régale. J’avais trouvé ça incroyable, avec un niveau d’écriture absolument fou.

Ces deux saisons correspondent à la comédie que j’aime écrire, celle qui s’étire et qui va toujours plus loin. Moi ce que je recherche, c’est le moment où les gens se disent ‘ok, là c’est vraiment n’importe quoi’ ou ‘qu’est-ce que c’est stupide’. C’est d’ailleurs selon moi les meilleurs compliments, car c’est ce qu’il y a de plus dur à faire. Avec Le Flambeau, c’est totalement ce qui se passe.

Jonathan Cohen et Jérémie Galan (l’un des producteurs de la série) m’avaient déjà contacté pour La Flamme, mais je n’étais pas disponible car pris par un autre projet. Après avoir vu le résultat de la première saison, quand ils m’ont proposé de participer à la création du Flambeau j’ai évidemment dit oui tout de suite. Je n’avais jamais écrit avec ce groupe de scénaristes. Mais tout a été plutôt fluide dès le début. Comme ce sont les mêmes choses qui nous font rire, notre collaboration a bien fonctionné.

En quoi Le Flambeau sera différent de La Flamme

Déjà parce qu’il y a plus d’enjeux, c’est normal car il y a plus de personnages. En fait, cette fois, tout ne tourne pas autour de Marc. Dans La Flamme, il apparaît en permanence à l’écran, et il est vraiment au centre de l’attention. Dans Le Flambeau, les autres prennent plus de place, on suit les membres des deux équipes du jeu. Cette saison est donc un vrai défi pour la narration et la création de personnages. Mais on a quand même voulu garder le même ADN, et le même type d’humour. Marc reste l’un des personnages les plus importants.

Initialement on était partis sur La Flamme: saison 2, avec un personnage féminin à la place de Marc, et des prétendants masculins. On est allé loin dans l’écriture, peut-être six mois. Et un jour Jonathan m’appelle en sortant d’une réunion et il me dit ‘on part sur un nouveau truc: on va faire une parodie de Koh Lanta’. Donc on rigole pendant quelques minutes au téléphone. Je joue le jeu, mais pour moi c’est juste une très longue blague... Jusqu’à ce que je comprenne qu’il est tout à fait sérieux. C’est marrant de se dire qu’on a changé de projet aussi soudainement. Mais finalement c’est aussi bien, parce que je trouvais dommage que Marc soit moins présent dans la saison 2.

Quand on imagine vos réunions d’écriture, on visualise des moments de rire. Ça ressemble à quoi d’écrire pour Le Flambeau ?

C’est en grande partie comme on l’imagine. On a vécu des moments magiques à rebondir sur les trouvailles des autres. Nos bonnes idées viennent toujours de l’amusement. Peut-être qu’il existe des comédies où personne n’a lâché un sourire pendant les réunions d’écriture, et qui a marché en salles, mais j’ai un doute! Bien sûr, ça demande beaucoup de travail en amont, mais cette image de “séances de rire”, c’est bien la réalité.

Il y avait aussi des moments où l’on écrivait seuls chez nous. Après avoir défini la structure, et établi une cohérence globale, on s’est distribué les épisodes, et chacun a travaillé en détail sur une partie de la saison.

Jonathan n’était pas présent à chaque fois, mais c’est lui qui dirigeait l’écriture. Il faut savoir qu’absolument toutes les répliques ont été jouées par lui en réunion. Nous tous, quand on écrit un scénario, on imagine forcément l’acteur prononcer nos phrases, avec les intentions et même une musicalité. Mais lui il est vraiment  habité, il se lève, et commence à les jouer. Dans ces moments, il faut juste le laisser improviser, et ouvrir l’application “dictaphone” sur son téléphone. Vous pouvez être sûr qu’il y aura des pépites à garder. Finalement, tout a été non seulement pensé, mais aussi incarné en amont du tournage.

À voir également sur Le HuffPost: Avant “Le Flambeau”, Jonathan Cohen s’incruste dans les pubs sur Canal+

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles