Publicité

Finistère : une enquête ouverte après la découverte d'un chien mort et ligoté dans une fosse

Le samedi 16 mars, Jean-Yves Urvoaz, 75 ans, a découvert Oscar, son chien, un fox-terrier âgé de 6 ans, mort et ligoté dans une fosse à lisier située sur un terrain voisin à Poullaouen (Finistère).

Une plainte a été déposée par le maître d'un chien après la découverte de l'animal mort et ligoté dans une fosse à lisier, samedi 16 mars à Poullaouen (Finistère), a fait savoir le propriétaire à nos confrères de Ouest-France, vendredi 29 mars. Selon leurs informations, une enquête a été ouverte.

Le samedi 16 mars, Jean-Yves Urvoaz, 75 ans, a découvert Oscar, son chien, un fox-terrier âgé de 6 ans, mort et ligoté dans une fosse à lisier située sur un terrain voisin. "Lundi 11 mars, mon chien, un fox-terrier de 6 ans, est sorti de la maison vers 18 h 30. D’habitude, il reste simplement dans la cour. À 20 h, il n’était toujours pas revenu. Il n’est d’ailleurs pas rentré de la nuit. Le lendemain matin, j’ai fait le tour du village, j’ai questionné les voisins. J’ai fait d’autres tours les jours suivants", a-t-il raconté à Ouest-France.

"Il faut avoir un esprit tordu"

"Le samedi matin, je l’ai retrouvé dans la fosse à lisier sur un terrain voisin. Il avait les pattes attachées. Je suis allé porter plainte et nous avons pratiqué une autopsie à la clinique vétérinaire", a-t-il expliqué. Selon lui, le rapport d'autopsie indique que l'animal est mort par "asphyxie".

Mais selon les premières expertises, l'animal était déjà mort quand il a été attaché et placé dans la fosse à lisier : "Le chien n’a pas inhalé de lisier. Les ficelles étant fines, le chien aurait dû s’infliger des plaies en se débattant. Il est possible qu’il ait été assommé ou sédaté avant d’être placé dans la fosse", a ajouté Jean-Yves Urvoaz.

"J’ai perdu un autre chien il y a six ans. C’est dur. J’allais marcher tous les jours avec lui. Maintenant, je ne sors plus", a confié le retraité.

Selon nos confrères, une enquête a été ouverte par la gendarmerie. "J’espère qu’il y aura une suite judiciaire et qu’on prendra en considération la mise en scène de cette affaire. Je suis atterrée. Il faut avoir un esprit tordu. Ces gens méritent d’être lourdement sanctionnés", a réagi Isabelle Terrinn avocate spécialisée dans la défense des animaux domestiques, fondatrice de l’association Défense et dignité animales, qui suit ce dossier.

Article original publié sur BFMTV.com