Publicité

Les finales des championnats de France de tennis de table ont viré aux duels entre les frères Lebrun et les sœurs Lutz

Ce dimanche 24 mars à Montpellier, Alexis Lebrun a été couronné champion de France pour la troisième fois, de suite, en matant son frère Félix, lors
SYLVAIN THOMAS / AFP Ce dimanche 24 mars à Montpellier, Alexis Lebrun a été couronné champion de France pour la troisième fois, de suite, en matant son frère Félix, lors

SPORT - Les champions c’est de famille ! C’est une drôle de situation qui s’est déroulée lors des finales des Championnats de France de tennis de table : deux sœurs et deux frères s’affrontaient, ce dimanche 24 mars, à Montpellier. Du côté des hommes, Alexis Lebrun a battu son frère Félix. Du côté des femmes, Camille Lutz en est venue à bout de sa petite sœur Charlotte Lutz.

Félix Lebrun et Simon Gauzy, champions de tennis de table, ont sans doute réalisé l’échange de l’année

Couronnés en double la veille ensemble pour la première fois, les Lebrun n’ont pas retenu leurs coups l’un face à l’autre et comme lors de leurs trois précédents affrontements en compétition, Alexis, 20 ans et 22e joueur mondial l’a emporté contre son petit frère de 17 ans, 4-2 (11-3, 11-6, 8-11, 9-11, 11-5, 16-14). Grâce à cette victoire, Alexis est champion de France pour la troisième fois.

Sentiments contrastés

Après une entrée en matière délicate, Félix Lebrun, troisième plus jeune joueur ayant fait irruption dans le top-5 mondial a eu quatre balles de set pour arracher une septième manche, avant d’être rejoint à 10-10 et de finir par plier. L’aîné a bondi sur la table quand les yeux du cadet se sont embués derrière ses lunettes.

« Après le titre en double avec Félix, je ne peux pas rêver mieux », a savouré Alexis avant d’aller étreindre son frère, toujours inconsolable plusieurs minutes après le dernier point.

Ce n’était donc pas la seule finale familiale de la journée puisque juste avant Camille Lutz a battu sa petite sœur de 18 ans, Charlotte Lutz, 4-1 (11-8, 12-10, 11-4, 4-11, 11-5).

« C’est très dur. Je suis hyper contente pour moi mais en même temps terriblement triste pour ma sœur, a peiné à se réjouir l’aînée, âgée de seulement 21 ans. C’est un mélange de sentiment difficile à gérer. »

Auparavant, la nouvelle championne de France avait écarté en demie la tête de série N.1, Prithika Pavade 4-2 (11-4, 11-6, 7-11, 11-8, 11-8)

À voir également sur Le HuffPost :

JO de Paris 2024 : pour dénoncer un « nettoyage social », ces militants ont fait parler des statues emblématiques

France - Allemagne : les Bleus encaissent le but le plus précoce de leur histoire