Publicité

Fin de vie : Macron annonce « une aide à mourir », dont le projet de loi sera présenté en avril

Emmanuel Macron, ici le 27 février 2024.   - Credit:Eliot Blondet/Abaca
Emmanuel Macron, ici le 27 février 2024. - Credit:Eliot Blondet/Abaca

« Une loi de fraternité, une loi qui concilie l'autonomie de l'individu et la solidarité de la nation. » Dans un entretien accordé à Libération et à La Croix paru ce dimanche 10 mars, Emmanuel Macron annonce la présentation en avril d'un projet de loi concernant la fin de vie en France. Cette loi doit ouvrir « la possibilité de demander une aide à mourir sous certaines conditions strictes », explique le chef de l'État.

« La loi Claeys-Leonetti, qui fixe le cadre légal actuel, [a] conduit à beaucoup d'avancées mais ne perme[t] pas de traiter des situations humainement très difficiles. […] Il fallait donc aller plus loin », déclare le président de la République. « Le terme que nous avons retenu est celui d'aide à mourir parce qu'il est simple et humain et qu'il définit bien ce dont il s'agit. » Il assure avoir voulu éviter le terme de « suicide assisté » ou celui d'« euthanasie ».

Quatre conditions strictes

Quatre conditions pour accéder à cette « une aide à mourir » seront nécessaires, précise Emmanuel Macron. Cet accompagnement sera d'abord réservé aux personnes majeures. Dans un deuxième temps, « les personnes devront être capables d'un discernement plein et entier », a poursuivi le président. Cela signifie que les patients atteints de maladies psychiatriques ou neurodégénératives (Alzheimer, par exemple) ne pourront pas en bénéficier.

À LIRE AUSSI Loi sur la fin de vie : les contours du modèle français se dessinent

Ensuite, il faudra avoir « une maladie incu [...] Lire la suite