Fin de vie: Emmanuel Macron ne souhaite pas mettre le sujet sur la table "en fin de quinquennat"

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Emmanuel Macron - AFP
Emmanuel Macron - AFP

Emmanuel Macron, qui se rend ce vendredi au Vatican pour s'entretenir avec le pape François, estime qu'il est "de mauvaise méthode de vouloir mettre le sujet de la fin de vie sur la table en fin de quinquennat", selon nos confrères du Figaro.

Toujours selon le journal, il explique "réfléchir" sur ce sujet de société et ne se dit pas opposé à l'idée d'une convention citoyenne sur la fin de vie dans l'hypothèse d'un nouveau quinquennat.

Plutôt silencieux sur le sujet de la fin de vie depuis le début de son quinquennat, Emmanuel Macron avait déjà reconnu "un problème qui travaille la société. Typiquement, pour la fin de vie, ça peut avoir beaucoup de sens de demander à des citoyens de nous éclairer."

Présentée en avril dernier à l'Assemblée nationale, la proposition de loi ouvrant à "un droit à une fin de vie libre et choisie" avait pu être examinée dans un premier temps avant qu'elle ne se heurte aux jeux parlementaires et aux nombreux amendements déposés par des élus d'opposition. Le ministre de la Santé Olivier Véran, qui confiait alors n'être "pas convaincu" de l'ouverture d'un tel débat, avoit toutefois jugé ce dernier nécessaire.

Selon un sondage Ifop pour l'Association pour le droit de mourir dans la dignité, 93% des Français se disent favorables à une loi autorisant le recours à l'euthanasie.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles