Publicité

Fin de vie: 109 personnalités dont Nathalie Baye et Franck Dubosc appellent à une évolution de la loi

Fin de vie: 109 personnalités dont Nathalie Baye et Franck Dubosc appellent à une évolution de la loi
Nathalie Baye  - Thomas SAMSON - AFP
Nathalie Baye - Thomas SAMSON - AFP

Nathalie Baye, Annie Ernaux, Françoise Hardy, Éric Cantona, Line Renaud, Jean-Luc Mélenchon ou encore Franck Dubosc figurent parmi les 109 personnalités à avoir signé un manifeste publié ce jeudi dans L'Obs pour réformer la loi française sur la fin de vie.

Dans les colonnes de la revue, certaines de ces personnalités, comme Nathalie Baye, dénoncent le manque de moyens mis en place pour mourir dans la dignité. La comédienne raconte notamment comment la lente agonie de sa mère dans un hôpital parisien l'a convaincu d'être "complètement pour l’aide active à mourir".

"Ma mère mourait entourée de personnes en train de mourir. Je l’aimais et je ne supportais pas qu’elle soit traitée comme ça, qu’on la laisse agoniser dans ce chaos", explique-t-elle dans les colonnes de L'Obs.

Et la comédienne d'ajouter: "Je ne vois pas l’intérêt de faire durer les souffrances [...] La vie nous appartient. La mort aussi. Et si un jour, je suis moi-même dans cet état, je voudrais, de la même manière, qu’on arrête la comédie de la vie. Fini, quoi."

Une loi "injuste"

"Chaque année, des Françaises et des Français, atteints de maladies graves et incurables, sont confrontés à des souffrances physiques et morales que les traitements ne parviennent plus à soulager", peut-on lire dans ce manifeste, qui rappelle que chaque année, des Françaises et des Français "partent à l'étranger pour pouvoir y mourir".

Ces femmes et ces hommes "ne sont pas seuls. Nous sommes leurs conjoints, leurs enfants, leurs frères, leurs sœurs, leurs familles, leurs amis", poursuivent-il, estimant que "la loi française, qui interdit l'aide active à mourir, est injuste".

"C'est pourquoi nous appelons aujourd'hui le président de la République, Emmanuel Macron, la Première ministre, Elisabeth Borne, ainsi que les parlementaires à prendre la mesure de ces drames et à réformer la loi", écrivent-ils encore, invitant à signer leur manifeste sur la plateforme "Change.org".

En août dernier, Line Renaud signait une tribune dans Le JDD appelant à légaliser l'aide active à mourir. "J'aime les gens, je n'aime pas voir souffrir les gens. Là je suis en présence en ce moment de personnes qui souffrent inutilement puisque l'on sait que c'est la fin, il n'y a plus rien à faire, sauf les laisser souffrir et attendre qu'elles meurent", avait-elle raconté à RTL. "C'est insupportable, c'est pour cela que je me battrai".

Article original publié sur BFMTV.com