Publicité

Fin de la trêve à Gaza : le Hamas ne voulait pas que des femmes otages parlent, dit Washington

Plus d'une centaine d'otages sont toujours aux mains des terroristes du Hamas.  - Credit:Chen Junqing / XinHua
Plus d'une centaine d'otages sont toujours aux mains des terroristes du Hamas. - Credit:Chen Junqing / XinHua

Des explications sur l'absence d'accord sur une prolongation de la trêve ? Selon un responsable américain, les discussions entre Israël et le groupe terroriste du Hamas ont échoué notamment parce que le mouvement palestinien ne voulait pas que des femmes otages révèlent ce qu'elles avaient subi. Israël avait arrêté son offensive à Gaza dans le cadre d'un accord négocié sous l'égide du Qatar et des États-Unis, prévoyant de libérer des otages enlevés par le Hamas lors de sa sanglante attaque terroriste sur le sol israélien le 7 octobre.

Les autorités israéliennes ont déclaré vendredi qu'elles reprenaient leur offensive militaire, car le Hamas n'avait pas libéré toutes les femmes otages. « Il semble que l'une des raisons pour lesquelles ils ne veulent pas libérer des femmes qu'ils retiennent en otage et que cette pause a volé en éclats, c'est qu'ils ne veulent pas que ces femmes racontent ce qui leur est arrivé pendant leur détention », a déclaré à la presse Matthew Miller, porte-parole du département d'État.

À LIRE AUSSI Crimes sexuels du Hamas en Israël : l'inquiétant silence des organisations internationales

Le porte-parole s'est refusé à davantage de précision en mettant en avant le caractère sensible de la question, mais a déclaré que les États-Unis n'avaient « aucune raison de douter » des informations sur des violences sexuelles imputées aux terroristes du Hamas. « Il y a très peu de choses dont je pense que le Hamas ne soit pas capable s'agissant du trai [...] Lire la suite