La Fin de l’été (Arte) Bernard Le Coq : "J’ai retrouvé l’ambiance que j’ai connue ado"

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Quel genre de couple formez-vous avec la comédienne Christiane Millet ?

Bernard Le Coq : Anciens coiffeurs, André et Françoise sont des retraités qui vivent en Dordogne. Ce sont de braves gens, ouverts, qui s’aiment tendrement. Françoise commence à subir les atteintes de la maladie d’Alzheimer, au grand désarroi d’André. C’est dans ce contexte qu’ils accueillent, pour les vacances d’été, leurs petits-enfants, Ali et Selim.

Comment, au quotidien, André vit-il cette situation ?

C’est un mari et un grand-père admirable. Il est très préoccupé, même s’il essaie de n’en rien laisser paraître. Il est patient et dévoué envers sa femme et ses petits-fils. C’est à peine si, parfois, il se laisse aller à être un peu bougon. Mais, quand le médecin propose d’hospitaliser son épouse, c’est un refus catégorique.

En contrepoint de cet aspect crépusculaire, ce téléfilm évoque les premiers émois d’Ali, les amours d’été… Cela a-t-il une résonance chez vous ?

C’est ce que j’ai trouvé formidable : la juxtaposition de deux étapes de la vie. Quelles que soient les époques, le passage initiatique à l’âge adulte est immuable. Même si la jeunesse d’aujourd’hui est plus au fait de la sexualité, la candeur est toujours là, la peur de ne pas plaire, les complexes… J’ai retrouvé l’ambiance que j’ai connue ado, lorsque j’allais en vacances dans le village d’origine de mes parents, près de Châteauroux. Il y avait le chef de bande, les premiers ... Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles