Comment le film "Belle" revisite "La Belle et la Bête" à l'heure des réseaux sociaux

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·8 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Mamoru Hosoda
    Réalisateur japonais d'anime

Le réalisateur japonais Mamoru Hosoda, connu pour avoir signé Les Enfants Loups, Le Garçon et la Bête et Miraï, ma petite sœur, sort ce mercredi 29 décembre Belle, son nouveau film, une relecture de La Belle et la Bête doublée d’une réflexion sur les vertus du monde virtuel.

Belle raconte l'histoire d'une adolescente de 17 ans, Suzu (Louane en V.F.), dont le quotidien se partage entre le petit village où elle vit avec son père et "U", un monde virtuel aux cinq milliards d'abonnés dont elle est l'une des icônes, la chanteuse Belle. Lorsqu'elle rencontre une mystérieuse créature, elle se lance dans une quête pleine d'aventures.

Belle, qui devrait représenter le Japon aux Oscars, évoque en particulier l'impact de la technologie sur nos vies. Une thématique chère au réalisateur, qu'il a déjà explorée dans Digimon (1999) et Summer Wars (2009), et qu’il développe ici de manière positive à travers une histoire qui montre comment les rencontres virtuelles peuvent sauver des vies. Un discours à contre-courant de la tendance actuelle, que ce jeune père destine aux jeunes générations. Mamoru Hosoda est particulièrement fier de ce film qu'il considère comme son plus abouti et son plus complexe, tant visuellement que narrativement.

https://www.youtube.com/embed/dU5gE2Bm514?rel=0

Présenté également comme une œuvre inspirante pour survivre à cette période difficile, Belle pourrait réchauffer le box-office de cette fin d’année. Objectif déjà réussi au Japon, où le film a rencontré un immense succès, récoltant près de 57 millions de dollars de recettes. Les Français pourraient être séduits par cet univers foisonnant. À l’occasion de la sortie de son film, Mamoru Hosoda en raconte la genèse à BFMTV, et se confie sur l’avenir de l’animation japonais.

Vos films s'inspirent souvent de votre vie. Quel a été le déclic pour "Belle"?

L’héroïne du film a un double visage, Suzu et Belle. C’est ma fille de cinq ans qui m’a inspiré. Ma fille se comporte comme une princesse à la maison, mais dès qu’elle va à l’école maternelle, elle est extrêmement timide et elle est incapable de parler juste avec une copine. Cette dualité m’a vraiment inspiré pour le personnage.

Vous sortez un film tous les trois ans. "Belle" semble cependant beaucoup plus abouti et beaucoup plus complexe que vos précédents films. Est-ce une idée qui germe en vous depuis longtemps?

Cette histoire, je rêve de la faire depuis trente ans, depuis que j’ai découvert La Belle et la Bête de Jean Cocteau et la version de Disney de 1991. J’aime énormément ces deux versions. C’est très important de transmettre notre patrimoine et de continuer à proposer de nouvelles versions de cette histoire. Mais c’est sûr que ça a été extrêmement difficile, surtout à cause de la pandémie. On ne pouvait pas travailler comme d’habitude au studio avec toute l’équipe. On a travaillé à distance et c’est ainsi qu’on a terminé le film dix jours avant la projection à Cannes! On a mis toute notre énergie dans ce film. Je n’arrive pas à croire qu'on a terminé Belle en trois ans!

Le résultat est très impressionnant, avec un mélange très audacieux d'animations 2D et 3D.

J’ai mélangé de manière très volontaire des styles d’animation très différents pour montrer l’importance de la diversité dans notre monde. Je voulais que ce soit également reflété sur le plan visuel. Dans le film, il y a une partie faite avec des images de synthèse pour souligner le monde virtuel. Et l'autre partie qui se déroule dans le monde réel a été faite en animation traditionnelle. C’était un peu comme si on avait dû créer deux films.

Quelles ont été vos inspirations pour le monde virtuel? On pense notamment à "Paprika" de Satoshi Kon et à "Macross Plus", qui met aussi en scène une chanteuse virtuelle, Sharon Apple.

Si vous avez pensé à Paprika, c’est parce que le directeur artistique de Belle est Nobutaka Ike, qui a longtemps occupé ce rôle sur les films de Satoshi Kon. Mais Ike a surtout travaillé sur la partie du monde réel de Belle. Je n’ai pas vu par contre Macross Plus. Un critique de cinéma anglais m’a aussi parlé de Macross, mais c’est vraiment un hasard! Il y a quand même beaucoup de films d’animation dont le personnage principal est une chanteuse. Si on dit que chaque film d'animation avec une chanteuse ressemble à Macross, on n’ira pas très loin! J'ai surtout été inspiré par les comédies musicales [des années 1950] et les versions précédentes de La Belle et la Bête.

"Belle" développe l’idée que le monde virtuel peut nous protéger du réel. C’est rare d’avoir une vision aussi positive d'Internet au cinéma. D’où vient cette idée?

Ça fait vingt ans que j’évoque le monde virtuel. Je dois être sûrement le seul réalisateur au monde à en parler de manière aussi positive. Je ne comprends pas pourquoi les autres réalisateurs n'en voient que les mauvais côtés. J’ai beaucoup de respect pour Spielberg, mais j’ai été très étonné qu’un tel réalisateur ait proposé avec [Ready Player One] une vision si négative d'Internet. Je comprends tout à fait leur souci pour l’avenir, et pour la jeune génération, mais puisque les jeunes vivent déjà dans le monde d'Internet, la seule chose que j’ai envie de faire, c’est de les soutenir, parce que ça ne sert à rien de critiquer sans arrêt un mode de vie. Internet fait déjà partie de notre réalité. Nous devons accepter cette idée que nous vivons déjà dans plusieurs mondes à la fois.

"Belle" est aussi un film très dur, qui aborde un grave sujet de société.

C’est avant tout un film sur la communication et les rapports humains. Même si mes films sont destinés aux enfants, je ne m’interdis pas d’aborder des sujets sombres. Et le film aborde un aspect très sombre de notre société. Il faut que mes films soient toujours ouverts au monde. Ils doivent refléter notre société. Mais il ne suffit pas seulement de parler de ces sujets: il faut aussi montrer comment on peut les surmonter.

"Belle" montre une société globale et diverse, avec des personnes de couleur, ce qui est très rare dans l’animation japonaise. Pourquoi?

Ce n’est pas uniquement lié à l’animation japonaise. Le Japon n'a pas encore assez conscience de l’importance de la diversité. Mais je pense que c’est en train d’évoluer. La prise de conscience va se faire rapidement. Il y a de plus en plus de productions japonaises pour Netflix et obligatoirement, il y aura cette prise de conscience, parce que les équipes savent que ces séries sont vues dans le monde entier.

On vous sent très attentif à l'air du temps.

C'est que je suis père. Ma fille a cinq ans et j’aimerais que la société soit agréable à vivre quand elle sera grande. Je suis un peu angoissé quand je pense à l’avenir proche de mes enfants. C'est pour cette raison que je fais des films qui encouragent les jeunes et les enfants. Beaucoup de gens me demandent également si je suis inspiré par le metaverse [monde virtuel créé par Mark Zuckerberg, créateur de Facebook]. Ce n’est pas le cas. Quand je vois les visuels qui sont sortis, je me dis que ce n’est pas extraordinaire. Il y a encore beaucoup de travail à faire! Je ne suis pas influencé par ces actualités du monde numérique.

"Belle" semble être une synthèse de votre cinéma. Le film marque-t-il pour vous une nouvelle étape dans votre carrière?

Je ne pense pas que Belle soit la synthèse de mon cinéma. C’est vrai que je parle très régulièrement d'Internet et des mondes virtuels. J’ai commencé avec Digimon puis j’ai continué avec Summer Wars et maintenant avec Belle. Mais chaque film est dans la continuité du précédent. Belle est un nouveau film, pas une synthèse. Je voulais vraiment essayer de nouvelles choses et je suis très satisfait du résultat. Je suis motivé pour repousser encore mes limites. Belle n’est qu’une étape. Je vais aller encore plus loin!

Vous avez fondé votre studio, Chizu, il y a dix ans. Qu'est-ce que cela vous a apporté?

Je voulais vraiment faire mes propres expérimentations en animation. Quand on travaille dans une grosse société, c’est impossible de relever de tels défis, parce que ces entreprises, dès qu’un film cartonne, veulent refaire la même chose. Et moi, c’est le contraire. Je veux à chaque fois faire de nouvelles choses. Lorsque j’ai réalisé Les Enfants Loups, c’était quelque chose que personne n’avait jamais fait. On ne savait pas si ça allait marcher. Avec Belle, j’ai montré une société moderne [diverse]. Tout ça aurait été impossible si j'avais été au sein d’une grosse société. Pour moi, être indépendant est plus important que tout.

Ce n'est pas simple d’avoir son indépendance: il faut sans cesse se battre.

Ce n’est pas quelque chose de difficile pour moi. J'ai toujours envie de faire de nouvelles choses à chaque fois, parce que je n’ai pas envie de me répéter. Je pense que tous les artistes pensent ainsi. Après tout dépend de votre définition d’être indépendant. Je suis indépendant, mais le film a été distribué par la société Toho, la plus grande société de cinéma au Japon.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles