Publicité

Fillette enlevée à Meaux: la mère arrêtée "en difficulté pour exercer son rôle parental"

Le procureur de la République de Meaux a annoncé que la petite fille d'un mois et sa mère ont été retrouvées saines et sauves en Seine-Saint-Denis.

"Elle n'avait pas le droit de partir avec". Activement recherchée il y a encore quelques heures, Tracy, aussi connue sous le nom de Chelsea, a été arrêtée ce vendredi 19 janvier avec sa fille. Elle avait enlevé cette dernière jeudi soir alors qu'elle devait se voir retirer la garde de l'enfant d'ici quelques jours.

"Une situation d'errance et de précarité sociale"

Il y a un mois, le 16 décembre 2023, Tracy se rend aux urgences obstétricales de l'hôpital de Meaux et donne naissance à une fillette prénommée Neilylah. La mère et son enfant sont par la suite prises en charge au sein du service hospitalier, dans un premier temps au sein du service de réanimation néonatal du fait de la détresse respiratoire de l'enfant.

Celle-ci est ensuite transférée au service de néonatalogie avant d'être réorientée avec sa maman vers une unité mère-enfant à compter du 21 décembre. Face à la presse, le procureur de la République de Meaux évoque "une situation d'errance et de précarité sociale".

"Elle est sans domicile fixe tout en justifiant d'une domiciliation postale dans le département de Seine-Saint-Denis", précise le procureur ce vendredi 19 janvier.

"Elle mettait son enfant en danger"

Au cours de cet accueil, le personnel médical relève "des éléments d'inquiétude" concernant "la prise en charge du nourrisson par sa mère".

"Il est notamment constaté le non-respect de règles de sécurité élémentaire de sa part y compris malgré des remarques et des explications du personnel soignant. Des propos inadaptés et violents ainsi que des comportements brutaux", décrit le procureur de la République de Meaux.

"Il est en outre arrivé que la mère verbalise des envies de s'en prendre physiquement à son enfant", poursuit-il.

Jean-Baptiste Bladier précise également que la mère "était en difficulté pour exercer son rôle parental, elle mettait son enfant en danger".

Le 16 janvier dernier, le service de l'aide sociale à l'enfance de Seine-et-Marne, saisi par une information préoccupante de l'hôpital de Meaux, signale alors la situation au parquet de Meaux en préconisant une ordonnance de placement provisoire. Le lendemain, le parquet prend cette ordonnance et décide alors de confier l'enfant au service de l'aide sociale à l'enfance de Seine-Saint-Denis, choix justifié par la dernière domiciliation connue de la mère.

Une décision prise car considérée comme étant "la meilleure solution pour assurer la stabilité et la pérennité de la prise en charge du nourrisson".

Elle devait perdre la garde de sa fille

Le personnel de l'aide sociale à l'enfance de Seine-Saint-Denis a alors tenté de rassurer la mère de famille, soulignant le caractère temporaire du placement.

"Cette jeune femme a remercié son interlocuteur", a précisé le procureur de la République.

Pour autant, le 18 janvier, il est constaté à 20h30 la disparition de la mère et de la fille, encore présentes sur les lieux à 19h25. Une enquête en flagrance du chef "d'enlèvement sur mineur de moins de 15 ans" et alors ouverte, avant que ne soit activée l'alerte enlèvement.

Géolocalisée et reconnue par une passante à Sevran en Seine-Saint-Denis, elle a été arrêtée puis placée en garde à vue.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Alerte enlèvement: la mère de la fillette d'un mois a été placée en garde à vue