Publicité

Le FIFDH, un festival associant cinéma et Droits de l'Homme

Le FIFDH, un festival associant cinéma et Droits de l'Homme

Pendant 10 jours, comme chaque année en mars, Genève fait résonner les droits humains avec le FIFDH, un festival qui mêle cinéma et débats sur les violations des droits de l'homme dans le monde.

De la Russie à la Palestine, en passant par d'autres continents, les conflits et les luttes sont innombrables et s'intensifient.

Un contexte qui nécessite plus que jamais d'en faire l'écho.

"Il n'y rien de quoi se réjouir en ce moment dans le monde si l'on parle des droits humains, mais nous on a la persuasion que la culture et notamment le pouvoir des images à travers le cinéma puisse faire la différence, puisse amener des histoires fortes qui puissent amener de l'engagement et des envies de changer ce monde dans une direction meilleure" explique Laura Longobardi, Co-directrice éditoriale FIFDH.

Pour l'ouverture le 8 mars, et pour la Journée internationale des droits des femmes, c'est le film "Bye, Bye Tibériade", présenté à la dernière Mostra de Venise et réalisé par Lina Soualem, fille de Hiam Abbas, la grande actrice palestinienne.

"C'est un film sur 4 générations de femmes palestiniennes de ma famille, sur la façon dont elles ont réussi à maintenir leurs histoires en vie, leurs mémoires en vie, malgré la dépossession et l'éxil, et je trouve cela très important de célébrer la vie de ses femmes, leur combativité, leur compléxité, et de valoriser aussi leur humanité, surtout dans un contexte où les palestiniens sont déshumanisés, complètement" affirme la cinéaste.

Des dizaines de fillms et de débats à découvrir à Genève jusqu'au 17 mars.

Un festival sur les droits humains apparaît plus que nécessaire aujourd'hui. Avec pour objectif de faire rencontrer les artistes, les militants et le public pour mieux médiatiser des causes en péril partout dans le monde.