Publicité

Feu vert pour le «Pass rail» : on vous explique comment en bénéficier

Le bras de fer a fini par aboutir. Après une lutte acharnée entre le ministre des Transports et certaines régions, Patrice Vergriete a finalement obtenu la victoire pour lancer le «Pass rail». Hier encore, trois régions refusaient de signer : Hervé Morin (Normandie), Xavier Bertrand (Hauts-de-France) et Laurent Wauquiez (Auvergne-Rhône-Alpes) bloquaient les négociations «sans explication», selon les mots du ministre. Ce dernier, exaspéré, alertait un peu plus tôt dans la journée sur une possible annulation de la mesure. «Il n’y aura pas de pass rail cet été, à moins d’un changement de pied des présidents de région aujourd’hui même», avait-il menacé.

Emmanuel Macron s’y était engagé. Interrogé en septembre 2023 par le youtubeur Hugo Travers, de la chaîne Hugo Décrypte, le président avait promis la création d’un «service similaire» à l’offre de train illimité pour 49 euros par mois créée en Allemagne en mai 2023. Les trois régions récalcitrantes ont finalement cédé en acceptant de procéder à une expérimentation dès cet été. Cependant, elles n’ont pas manqué de critiquer le gouvernement : «Le président fait de grandes annonces, mais derrière ce sont toujours les mêmes effets : les régions vont devoir payer, alors que l’Ile-de-France est exclue du dispositif, ce qui n'a aucun sens», s’agace-t-on à la présidence de la région Auvergne-Rhône-Alpes, citée par Franceinfo.

Malgré tout, les régions ont réussi à obtenir certaines concessions, modifiant le projet qui devait, à l’origine, concerner (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Glaces : vous étiez plutôt Côte d’Or ou Häagen-Dazs ? Avec l’inflation, vous êtes maintenant…
Polluants éternels (PFAS) : cuisiner avec une poêle Tefal est-il dangereux pour la santé ?
Nestlé : la qualité sanitaire des eaux du groupe remise en question
Chanel : le sac iconique passe la barre des 10 000 euros
Ecobalyse : une nouvelle étiquette sur vos vêtements pour mesurer leur impact environnemental