Publicité

Festival d'Angoulême 2024: le Grand Prix est attribué à la Britannique Posy Simmonds

Elle coiffe au poteau une légende de la BD américaine célébrée pour son univers fantasmagorique et la première dessinatrice de BD entrée à l'Académie française: la discrète Posy Simmonds, autrice britannique saluée pour Gemma Bovery notamment, a été sacrée ce mercredi 24 janvier Grand Prix du Festival de la BD d'Angoulême, la récompense suprême du 9e Art.

Devançant Daniel Clowes et Catherine Meurisse, la finaliste de ce scrutin pour la cinquième année consécutive, cette dessinatrice britannique de 78 ans succède à Riad Sattouf (L'Arabe du futur). Sans doute la plus francophile des bédéastes britanniques (elle a étudié en France et parle couramment le français), Posy Simmonds a toujours rencontré de grands succès dans les librairies françaises.

L'annonce de son Grand Prix coïncide avec l'organisation d'une grande rétrospective de son œuvre à la Bibliothèque publique d’information (BPI) à Paris jusqu'au 1er avril. "C’est extraordinaire d’être exposée à la BPI, car c’est là, dans les librairies de Beaubourg, dans les années 1960, que j'ai compris à quel point la BD en France avait de l’importance", avait-elle confié au Monde l'année dernière.

Bretécher britannique

Connue pour son humour pince-sans-rire et ses ouvrages Gemma Bovery et Tamara Drewe, qui revisite des classiques de la littérature, Posy Simmonds s'est fait d'abord un nom outre-Manche avec The Silent Three of St Botolph's et Literary Life. Ces strips satiriques publiés dans les années 1970 et 1980 dans le Guardian brocardaient les milieux intellectuels britanniques - à la manière des Frustrés de Claire Bretécher.

Adaptée au cinéma par Anne Fontaine et Stephen Frears, elle compare son travail à celui d'un cinéaste, expliquait-elle au Monde: "Quand j'ai la trame de l'histoire, je fais mon casting, je dessine tous les personnages, je décide des lieux de l’action mais aussi de la marque de leur voiture, de la taille de leurs chaussures ou de la couleur de leur brosse à dents. A la fin, ils sont tellement vrais que j'entends leur voix dans ma tête."

Article original publié sur BFMTV.com