Publicité

"Oui, ce sont mes fesses" : Flavie Flament explique pourquoi elle a posé totalement nue sur Instagram

C’est une publication qui a fait grand bruit. Et qui a été vivement saluée par de nombreuses personnes. Le 5 janvier dernier, Flavie Flament publiait sur son compte Instagram une photographie de ses fesses, prise depuis le miroir de sa salle-de-bain. "Ceci est une lune, un popotin, un pétard. Les fesses d’une femme qui, cette année, fêtera ses 50 ans", débutait-elle en guise de légende. Et de renchérir : "Vous m’avez connue perchée sur des talons, un pied dans l’anorexie, torturant mon corps pour être ‘couture’ à la une des magazines ou sur les plateaux de télévision. Pour plaire et recueillir ce qui me paraissait un semblant d’affection. Alors aujourd’hui, je vous montre mes fesses. Rebondies de bonnes bouffes, de plaisirs enfin recouvrés, de vin et de caresses."   Une publication qui lui a valu de nombreux messages de soutien… et une invitation sur le plateau de Léa Salamé. Impossible pour l’animatrice de Quelle époque de ne pas mettre en avant le combat de sa consoeur. Ce samedi 13 janvier, Flavie Flament est donc revenue sur les raisons qui l’ont poussée à publier ce cliché d’elle, confirmant qu'il s'agit bel et bien de son postérieur. Tout est parti d’un commentaire mesquin d’un internaute. "J’ai un goût immodéré pour la discrétion depuis quelques années. Je fais de la radio, je ne suis plus véritablement à l’antenne à la télé - et pour l’instant, ça me convient bien. (...) Et en fait, j’ai accepté, (...)

Lire la suite sur Closer

Valérie Bègue dans l’angoisse : “La situation est terrifiante”, sa famille affronte le cyclone Belal à La Réunion
Annabelle Belmondo maman : elle partage un cliché de son superbe bébé aux cheveux noir de jais et au doux prénom
Mary de Danemark : ce subtil message caché sur la tenue de la nouvelle reine passé inaperçu
Disparition d'Emile au Vernet : "ça ne sert plus...", un acteur des recherches sort du silence
Un soignant maltraitait une résidente de 91 ans, les détails sont atroces