Publicité

Femmes de sciences, une carrière contrariée

En science, collaborations, mobilité ou financements se font au désavantage des femmes. Et plus la probabilité qu'une revue soit mentionnée est élevée, moins elles sont citées.

Cet article est issu du magazine Les Indispensables de Sciences et Avenir n°216 daté janvier/ mars 2024.

Le chiffre est édifiant : depuis sa création, en 1901, le prix Nobel n'a récompensé que 26 femmes en physique, chimie ou médecine, soit 3% des lauréats de ces disciplines. Pourtant, les femmes ont contribué, de manière parfois décisive, à l'avancée des sciences. Exemple avec l'astrophysicienne britannique Jocelyn Bell, qui découvrit le premier pulsar.

En 1974, sa découverte fut récompensée par le Nobel de physique, attribué à… Antony Hewish, son directeur de thèse. Certes, la chercheuse a été "réhabilitée" en 2018, et depuis vingt ans, le nombre de femmes distinguées pour leur recherche a augmenté. Mais la situation n'évolue que lentement.

De nombreux biais de genre persistent

En France, les femmes représentaient, en 2016, 28 % des effectifs de chercheurs. Un chiffre équivalant au nombre d'étudiantes inscrites en formation d'ingénieur ou en sciences à l'université. Et partout dans le monde, de nombreux biais de genre persistent, ce que rappellent deux ouvrages parus en 2023. Dans "Equity for Women in Science", Cassidy Sugimoto et Vincent Larivière montrent que les femmes ont publié 20 % d'articles de moins que les hommes entre 2008 et 2020. Collaborations, mobilité ou financements se font aussi à leur désavantage.

Lire aussiScience : les idées préconçues sur les femmes et les hommes ont laissé leur marque

Renforcer les alliances féminines et dénoncer les abus

En outre, plus la probabilité que la revue soit mentionnée est élevée, moins elles sont citées. Dans Not Just for The Boys, d'Athene Donald, on apprend par ailleurs que 20 % des femmes scientifiques et ingénieures envisageraient de quitter leur domaine, victimes de neurosexisme - croyance selon laquelle le cerveau est sexué -, de harcèlement, ou du sentiment d'occuper une place qu'elles ne méritent pas. Quelles solutions ? Renforcer les alliances féminines et dénoncer les abus. Et avant tout, valoriser les f[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi