Publicité

Les femmes "pénalisées" par la réforme des retraites? Élisabeth Borne dénonce un "faux procès"

La Première ministre Élisabeth Borne et le ministre chargé des Relations avec le Parlement Franck Riester le 24 janvier 2023 à l'Assemblée nationale (Paris). - Bertrand Guay
La Première ministre Élisabeth Borne et le ministre chargé des Relations avec le Parlement Franck Riester le 24 janvier 2023 à l'Assemblée nationale (Paris). - Bertrand Guay

Matignon répond aux critiques. Interpellée ce mardi à l'Assemblée par la députée socialiste Mélanie Thomin, Élisabeth Borne a défendu la réforme des retraites portée par son gouvernement. Un projet au sein duquel les femmes sont "un peu pénalisées" par le report de l'âge légal qui passera à 64 ans en 2030, selon les dires du ministre chargé des Relations avec le Parlement français Franck Riester.

"Votre ministre l'avoue de lui-même: les femmes davantage que les hommes seront plus lourdement pénalisées par votre report de l'âge, a lancé Mélanie Thomin depuis les bancs de l'hémicycle.

"Nous protégeons les femmes qui ont une carrière incomplète et hachée, les femmes qui ont commencé à travailler tôt, les femmes qui ont des petites pensions", lui a répondu la Première ministre, citant notamment la prise en compte des trimestres de congé parental.

"Nous réduisons les inégalités inacceptables entre les femmes et les hommes au moment de la retraite", a ajouté la Première ministre.

"Notre projet est juste et porteur de progrès social"

"Les femmes seront les premières bénéficiaires de la revalorisation des petites pensions", a poursuivi Élisabeth Borne, ajoutant que "pour les retraités actuels", le projet de loi "bénéficie là encore davantage aux femmes".

"Notre projet est juste et porteur de progrès social mais nous devons veiller à l'avenir de notre système de retraites", a ajouté la cheffe du gouvernement, dénonçant un "faux-procès" de la part des oppositions.

"La réforme contribuera à réduire l'écart de pension entre les hommes et les femmes", a enfin réaffirmé Élisabeth Borne qui espère que les débats à venir lors du travail parlementaire "nous permettrons de continuer à enrichir le projet".

Article original publié sur BFMTV.com