Publicité

Femme démembrée aux Buttes-Chaumont : les aveux sordides et plein de rancoeurs du mari de la victime

L'enquête concernant la mort d'Assia Matoug, dont le corps démembré avait été retrouvé au sein du parc des Buttes-Chaumont à Paris le lundi 13 février 2023, semble être en passe d'arriver à son dénouement. En effet, selon les informations dévoilées par Le Parisien vendredi 24 février 2023, le mari de la victime serait passé aux aveux. Pour mémoire, Youcef avait été placé en garde à vue par les enquêteurs suite à l'ouverture d'une information judiciaire pour "assassinat, atteinte à l'intégrité d'un cadavre et recel de cadavre", après la découverte du corps d'Assia Matoug.

Le mari de la victime aurait expliqué son geste devant les policiers par des rancœurs qui existaient au sein du couple depuis plusieurs années. Le quadragénaire doit être déféré ce vendredi 24 février 2023. Il devrait ensuite passer une nouvelle nuit en cellule, avant d'être finalement présenté à un juge d'instruction du tribunal de Paris samedi 25 février 2023, en vue de sa mise en examen. Entendu par les enquêteurs depuis le jeudi 23 février 2023, le mari de la victime avait vu sa garde à vue être prolongée vendredi 24 février 2023. Contacté par Le Parisien, le parquet de Paris n'a ni confirmé ni infirmé les informations du quotidien francilien.

INFO LE PARISIEN | Youcef Matoug a reconnu être à l'origine de la mort de sa femme, dont le corps avait été retrouvé démembré le 13 février aux Buttes-Chaumonthttps://t.co/WgJHSTxiI0

— Le Parisien (@le_Parisien) (...)

Lire la suite sur Closermag.fr

AFFAIRES OUBLIÉES. Caroline Dickinson, cette enfant piégée dans le noir que ses copines n'ont pas entendue mourir
Elle accouche plus tôt de sa petite fille pour une raison déchirante
Il tente de poignarder un homme à la sortie d'un bar, sa mère a le malheur d'être dans les parages
Fans de grammaire ces parents choisissent un prénom inattendu pour leur enfant
TÉMOIGNAGE. "L'hypnose m'a permis d'échapper à la vision traumatique de mon enfant décédé"