Feel-good. L’émission 100 % bonnes nouvelles de John Krasinski, une pommade en ces temps difficiles

Courrier international (Paris)
1 / 2

Feel-good. L’émission 100 % bonnes nouvelles de John Krasinski, une pommade en ces temps difficiles

L’acteur de la série américaine The Office a créé l’émission Some Good News, qui rassemble des bonnes nouvelles relevées en cette période de pandémie. Dans le dernier épisode, diffusé dimanche 10 mai au soir, le casting du célèbre sitcom a d’ailleurs été réuni à l’écran, pour le plus grand plaisir des fans.

“Bonsoir tout le monde, même si c’est très clairement l’après-midi !” entame un John Krasinski en costume cravate, dans le premier épisode de Some Good News sur la chaîne YouTube éponyme. Connu du grand public pour avoir incarné Jim Halpert dans la série humoristique The Office, diffusée sur NBC entre 2005 et 2013, l’acteur et réalisateur américain explique ainsi la genèse de son nouveau projet : “Depuis des années, je me demandais : ‘Pourquoi n’y a-t-il pas d’émission d’actualité entièrement consacrée aux bonnes nouvelles ?’

Après avoir sondé sa communauté sur Twitter et reçu ses encouragements, John Krasinski s’est lancé : “Alors, mesdames et messieurs, vous ne pourrez vous en prendre qu’à vous-mêmes, voici SGN ! Je suis John Krasinski, et si vous ne l’aviez pas déjà remarqué, je n’ai pas la moindre idée de ce que je suis en train de faire.”

S’ensuit une compilation d’initiatives pour remercier le personnel soignant à travers le monde – “et bien sûr, vous pouvez trouver davantage de ces vidéos extraordinaires sur notre page Facebook, ou bien, soyons honnêtes, n’importe où ailleurs sur Internet” , mais aussi d’histoires personnelles émouvantes relevées en marge de la crise du Covid-19.

Invités de marque

Certes, ces récits réconfortants se sont multipliés ailleurs sur la toile depuis le début de la pandémie et l’acteur américain est loin d’être le seul à les relayer. “Mais puisqu’il s’agit de John Krasinski, il y a quelques invités de marque qui font [de l’émission] un peu plus qu’un vlog normal”,

[...] Retrouvez cet article sur Courrier international

À lire aussi :