Fayza, la maman de Mbappé: «On me disait qu’il finirait bon à rien… Kylian m’a emmenée à l’Élysée!»

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
David Atlan
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Pour Paris Match, Fayza, la maman de Kylian Mbappé, évoque ses souvenirs d'un enfant hors du commun dès son plus jeune âge.

Longtemps, Kylian a crié dans le désert qu’il était un Mozart du foot. Il a toujours eu cette faculté de prédire ce qui allait arriver, comme s’il avait déjà vécu sa vie. Mais même nous, ses parents, il nous arrivait d’en douter et j’avoue l’avoir traité plus d’une fois de «petit mytho». Jusqu’à ce que je m’incline devant sa détermination que je m’incline devant sa détermination et réalise qu’il était réellement différent.

Lire aussi:L'interview exclusive - Kylian Mbappé, super-héros des temps modernes

Personne n’était capable de dire ce que cet enfant attachant, beau mais usant, avait dans la tête. Il ne dormait jamais, parlait comme un moulin, s’ennuyait avec ceux de son âge. Sur le terrain et dans la vie. Tous les jours, il se levait à 6 heures pétantes et ne cessait de s’agiter que pour tomber de sommeil, à 19 h 30. Impossible de contenir son énergie dans un F3 ; avec lui, nous étions condamnés à l’ouverture des parcs et des zoos. Seuls les DVD de «Père Castor » ou de «Kirikou » offraient un court répit. Kylian était un peu en avance, doté d’une mémoire phénoménale. À 4 ans, il était capable de te repérer sur le globe tous les pays ayant participé à la Coupe du monde et connaissait par cœur les paroles d’un album d’Aznavour. Je me souviens de ce chauffeur camerounais qu’il a rendu fou en les chantant tout le long de la route reliant Douala à Yaoundé.

Quand il s’arrête, c’est pour récupérer: il dort tellement qu’on l’appelle «le koala»!

À la maternelle, il refusait la sieste. Les maîtresses s’arrachaient les cheveux. En primaire, il avait 20 partout, puis les notes se sont mises à être irrégulières à mesure que grandissait son obsession du foot. Plus un jour d’école sans que je sois convoquée. On me disait qu’il(...)


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles