Publicité

Faute d’entente dans le camp républicain, le Congrès américain s’enfonce dans la crise

“Nous devons trouver quelqu’un qui soit suffisamment intelligent pour obtenir les 217 [voix requises pour décrocher le perchoir] et suffisamment stupide pour vouloir ce boulot”, résume avec ironie l’élu républicain Ronny Jackson dans les colonnes de The Hill.

Cet oiseau rare ne s’est toujours pas fait connaître, semble-t-il, alors que la Chambre des représentants, contrôlée par les républicains, “est officiellement entrée dans sa troisième semaine sans chef officiel, et que le chaos continue à régner au sein de la chambre basse”, constate USA Today.

Depuis l’éviction de Kevin McCarthy par les élus trumpistes le 3 octobre dernier, les républicains ne parviennent pas à trouver le candidat capable de réconcilier l’aile modérée et l’aile dure du parti. Deux candidats ont été désignés mais ont échoué à se faire élire – malgré trois tentatives pour Jim Jordan, qui était soutenu par l’ex-président Donald Trump.

Mardi, Tom Emmer, troisième candidat investi par le parti, a lui aussi jeté l’éponge, avant même de se soumettre au vote ses collègues. “Emmer a remporté l’investiture après cinq tours de scrutin, mais très rapidement, il est devenu clair que l’élu du Minnesota aurait trop d’opposants pour décrocher les 217 voix” nécessaires à son élection, explique The Hill.

Candidat “ordinaire”

Une vingtaine d’élus de l’aile dure avaient en effet indiqué qu’ils ne voteraient pas pour M. Emmer, en ligne avec Donald Trump, qui n’a pas caché son aversion pour le candidat, assurant que son élection au perchoir constituerait “une tragique erreur”.

“J’ai beaucoup d’amis formidables qui souhaitent devenir président de la Chambre, et certains sont vraiment de grands guerriers”, a écrit Donald Trump sur le réseau Truth Social. “Tom Emmer, un républicain qui n’a de républicain que le nom, et que je connais peu, n’en fait pas partie”.

Tom Emmer était “probablement le plus ordinaire des neuf candidats à s’être présentés à l’investiture” mardi, observe The Washington Post. “Il a voté en faveur du mariage homosexuel, et à plusieurs reprises pour l’aide à l’Ukraine, ainsi que pour les accords bipartisans sur le plafond de la dette et le budget fédéral”.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :