Publicité

Il faut lire la Trilogie de la Transparence, entre polar noir et SF

L’ouvrage de Nathalie Azoulai présente le code informatique comme une sorte de révolution technique qui se rapproche de l’électricité. Je me questionne : à quel point cette révolution pourrait créer une toute nouvelle société comme l’électricité l’a fait ? Le virtuel peut-il changer le monde au sens le plus politique ?

C’est déjà un peu le cas. Nous avons maintenant une double vie : la vie réelle et la vie numérique. Souvenez-vous quand, dans Mr Robot, le personnage principal déjouait des criminels qui se croyaient anonymes, et donc en sécurité, car sur Internet. Mais on peut se demander ce qu’il se passerait si le virtuel et le réel finissaient par être davantage… indistincts.

meilleurdesmondes_numerama2
meilleurdesmondes_numerama2

Le numérique peut-il bouleverser notre façon de communiquer ?

Pour savoir à quel point le numérique pourrait bouleverser notre façon d’être et de communiquer, il faut lire la trilogie de la Transparence de Benjamin Fogel. Dans le premier livre, La Transparence selon Irina, on est en 2058 et devinez-quoi : la transparence numérique est totale. Vos données personnelles sont un bien public : on ne peut plus vous les voler, mais vous ne pouvez plus les cacher. L’auteur imagine même un drôle de renversement des origines du web : c’est dans la vraie vie que l’on prend parfois un pseudo pour rester anonyme.

Au début, cette société semble entretenir une forme de paix sociale, elle accompagne la fin du capitalisme et elle génère un système de santé robuste.

[Lire la suite]

Crédits photos de l'image de une : Source : Rivages