Publicité

Familles nombreuses : elles auraient un impact sur la santé mentale des enfants

Plus de bruit ? Moins d’attention de la part des parents ? Une nouvelle étude indique que les adolescents issus de familles nombreuses ont une moins bonne santé mentale que ceux qui ont moins de frères et sœurs.

“Nos résultats n'auraient pas pu être facilement prédits avant la réalisation de l'étude”, a assuré Doug Downey, auteur principal de l'étude et professeur de sociologie à l'Ohio State University, dans un communiqué. “D'autres études ont montré qu'avoir plus de frères et sœurs est associé à certains effets positifs, nos résultats n'étaient donc pas acquis.”

Publiée dans le Journal of Family Issues, la recherche s’est concentrée sur plus de 18 000 enfants issus de familles américaines et chinoises. Comme les auteurs l’attendaient en raison de la politique chinoise de l'enfant unique, il y avait plus d’adolescents sans frère et sœur recrutés en Chine qu’aux États-Unis : 34 % d’enfants uniques chinois, contre seulement 12,6 % des enfants américains.

Les chercheurs ont interrogé chaque enfant sur l’état de leur santé mentale, avec des questions différentes en fonction du pays.

Résultats : les enfants uniques présentaient une bonne santé mentale. Mais plus le nombre d’enfants augmentait, plus celle-ci se dégradait. Aux États-Unis, ceux qui avaient des demi-frères et des demi-sœurs avaient une moins bonne santé mentale. Surtout, sur les deux territoires, les ados qui avaient beaucoup de frères et de sœurs, surtout lorsque l’écart d’âge était petit, présentaient la pire santé mentale, (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Un foie de porc utilisé dans une expérience pour filtrer le sang humain
Champignon, brocoli, concombre ou patate : pas vraiment des légumes ?
Roi Charles III : qu’est-ce qu’une hypertrophie de la prostate ?
Lèpre : un retour de la maladie millénaire est-il possible en France ?
Tout savoir sur l'épidémie de Mycoplasma pneumoniae qui sévit en France