Publicité

Que fait Bruno Le Maire dans « Influence(s) », cette série docu sur Prime Video avec Iris Mittenaere ?

Bruno Le Maire, ici dans « Influence(s) » sur Prime Video à partir du 28 février.
Capture d’écran Prime Video Bruno Le Maire, ici dans « Influence(s) » sur Prime Video à partir du 28 février.

SÉRIES TÉLÉ - Voyages à l’autre bout du monde, tapis rouges et avalanche de « likes »... Ce mercredi 28 février, la série documentaire Influence(s) arrive sur Prime Video avec la promesse de nous plonger dans la vie secrète d’une des agences françaises d’influenceurs les plus bankables du moment, We are Influence.

N’espérez pas en apprendre beaucoup sur ces stars des réseaux sociaux. Influence(s) ressemble plutôt à une grande publicité en six épisodes sur la boîte de Diego El Glaoui, actuel partenaire (et boss) de l’ex-miss France Iris Mittenaere, et suit les opérations de l’entreprise, comme son « press trip » aux Maldives ou l’ouverture des nouveaux bureaux à Dubaï.

En revanche, la série a le mérite de rappeler les nouvelles réglementations qui encadrent désormais le métier, soumis à bien des controverses au cours de ces dernières années. Iris Mittenaere n’y est d’ailleurs pas étrangère. En 2023, elle avait fait la promotion d’un déodorant de la marque Nuud, finalement retiré du marché car une étude de l’ANSM avait révélé qu’il était responsable de l’apparition de kystes.

Pour mieux nous expliquer ces nouvelles directives, le ministre de l’Économie Bruno Le Maire prend la parole. Il est à l’initiative d’un guide de bonnes conduites censé rappeler aux créateurs de contenus leurs droits et devoirs. Ils « sont là pour être honnêtes et pour vendre une réalité, souligne le patron de Bercy. Pas des rêves falsifiés. »

Le rappel à l’ordre de Bruno Le Maire

Mentions légales obligatoires, hashtags, filtres ou retouches photo… En juin 2023, le Parlement a définitivement adopté une proposition de loi visant à mieux encadrer le business des influenceurs et désépaissir le flou juridique qui planait jusque-là.

Une loi jugée nécessaire dans le milieu, mais qui n’a « malheureusement pas été développée de manière à nous donner une lecture excessivement précise sur tout ce qu’on pourrait faire ou non », estime Diego El Glaoui, lors d’une réunion avec ses employées.

Un peu plus tôt, Bruno Le Maire estimait à la caméra qu’il était du ressort des agences de faire la promotion de ces bonnes pratiques à leurs talents. « Je veux vraiment que toutes les influenceuses et tous les influenceurs comprennent bien que, parce qu’ils ont justement beaucoup d’influence, ils ont aussi beaucoup de responsabilité. Nous serons intraitables sur le respect de la loi », a-t-il ensuite martelé. Finie la plaisanterie.

Les six épisodes d’Influence(s) sont disponibles à compter de ce mercredi 28 février sur Prime Video.

À voir également sur Le HuffPost :

Bruno Le Maire et ses 10 milliards d’euros d’économies font l’unanimité contre eux, à une exception près

Bruno Le Maire n’a pas prévu d’embellir votre dimanche soir avec cette nouvelle (et ces coups de rabot)