Publicité

Mais que fait Bernard Werber dans « Les Traîtres » sur M6 ?

Vous ne pouvez visionner ce contenu car vous avez refusé les cookies associés aux contenus issus de tiers. Si vous souhaitez visionner ce contenu, vous pouvez modifier vos choix.

TÉLÉVISION - On le connaît pour ses nombreux romans à succès, dont la trilogie Les fourmis. Le voilà désormais sous le feu des projecteurs pour sa passion : les jeux de rôle. Bernard Werber a accepté de rejoindre le casting du tout nouveau jeu de M6 proposé ce mercredi 17 août à 21 h 10 intitulé « Les Traîtres ».

Dans ce jeu de mensonge, de manipulation et de trahison, 14 personnalités se retrouvent dans un château. Parmi elles, d’anciens sportifs (David Douillet, Camille Lacourt), des comédiens (Elsa Esnoult, Alex Ramirès, Bruno Sanches… des influenceurs (Natoo, Just Riadh...) et des personnalités qui ont marqué les jeux télévisés comme la double vainqueure de Koh Lanta Clémence Castel ou le champion des 12 Coups de Midi, Paul El Kharrat.

Parmi ces 14 joueurs, 3 sont désignés comme des traîtres tandis que les autres sont loyaux et devront enquêter pour éliminer les trois intrus. Un concept qui va parler aux joueurs de l’incontournable « Loups-garous de Thiercelieux»... Un jeu que connaît par cœur Bernard Werber.

Des parties géantes de « Loups-Garous » tous les 15 jours

« Tous les 15 jours depuis 2001, j’organise une partie le dimanche et j’invite 18 personnes pour jouer », explique au HuffPost celui qui a vendu plus de 30 millions de livres à travers le monde. Et rien n’est laissé au hasard en termes d’organisation. « Les joueurs doivent éteindre leur téléphone, il y a un bâton de parole pour ne pas parler tous en même temps et la musique de Dracula est jouée au moment où les Loups-Garous vont attaquer », détaille celui qui officie comme maître du jeu durant ces parties.

Autour de la table, des personnalités du cinéma et de la musique (Claude Lellouche, Mathias Malzieu… ) et de la télévision, comme un certain Éric Antoine. C’est d’ailleurs à la suite d’une partie chez Bernard Werber que le magicien a proposé à l’écrivain de rejoindre le casting de l’émission qu’il anime.

« J’ai décidé d’accepter par sympathie pour Éric Antoine », explique Bernard Werber, qui confie au passage avoir déjà été approché par d’autres programmes télé, dont des émissions de téléréalité pour y jouer « l’intello de service ». Ce qu’il a toujours refusé. « J’aime bien l’idée que nous les auteurs, sommes des montreurs de marionnettes mais nous ne sommes pas mis en avant. Si on me propose des épreuves ou il faut sauter en haut de plongeoirs élevés ou manger du piment, alors je considère que ce n’est pas ma place ».

Un scénario digne d’un Agatha Christie

Le tournage des « Traîtres » a été particulièrement intense pour les 14 candidats qui ont dû s’épier, bluffer et mentir sans savoir s’ils s’adressaient à des loyaux ou des traîtres. Un jeu d’acteur qui aura duré six jours pour ceux qui ont survécu à une élimination précoce lors des premiers conseils.

« Si on devait transformer ce qui s’est passé en roman, on aurait un roman passionnant à suspens, dans le genre des « 10 petits nègres » (« Ils étaient dix ») d’Agatha Christie : un huis clos dans lequel des gens mentent et disent la vérité », explique l’auteur qui écrit actuellement son prochain roman. « Tous les éléments tels qu’ils s’enchaînent fonctionnent. C’est dû à la chance et au casting. Nos profils étaient si différents que cela a donné une alchimie magique ».

Les joueurs ont tellement apprécié cette expérience sociale que plusieurs d’entre eux se sont retrouvés chez Bernard Werber après le tournage pour rejouer deux parties supplémentaires, sans les caméras cette fois-ci. « Les vainqueurs des parties chez moi sont les mêmes que ceux ou celles qui ont gagné Les Traîtres ! », indique Bernard Werber.

Vous ne pouvez visionner ce contenu car vous avez refusé les cookies associés aux contenus issus de tiers. Si vous souhaitez visionner ce contenu, vous pouvez modifier vos choix.

Lire aussi