"Faisons vivre cet esprit d'équipage": Borne demande aux députés de la majorité de rester "unis"

Elisabeth Borne, la Première ministre, le 12 janvier 2022 à Marne-la-Vallée - ALAIN JOCARD / AFP
Elisabeth Borne, la Première ministre, le 12 janvier 2022 à Marne-la-Vallée - ALAIN JOCARD / AFP

Elisabeth Borne a exhorté mardi soir les parlementaires de la majorité à "faire vivre l'esprit d'équipage" et à rester "unis", alors que certains d'entre eux ont exprimé des dissonances sur le projet, très contesté, de réforme des retraites.

"Chacune et chacun, à notre tâche, dans nos responsabilités, faisons vivre cet esprit d'équipage", a enjoint la Première ministre dans ses vœux aux députés, sénateurs et eurodéputés du parti présidentiel Renaissance et des partis alliés Horizons et MoDem, selon des participants.

Elle avait prévenu ces mêmes élus en septembre du "gros temps" à venir. "Aujourd'hui, face à ce vent fort, je crois qu'il est plus que jamais nécessaire d'être fidèles à nous-mêmes", a-t-elle jugé, selon la même source.

"Renaissance, MoDem, Horizons, ainsi que tous ceux qui veulent faire avancer notre pays avec nous, nous faisons face ensemble et nous réussirons ensemble, parce que nous resterons unis", a insisté Elisabeth Borne.

Convaincre pour faire passer la réforme

Alors que l'exécutif souhaite toujours convaincre du bien-fondé de son projet, malgré la contestation, "nous aurons besoin de chacune et de chacun à l'Assemblée, au Sénat, au Parlement européen. Nous aurons besoin de vous sur les plateaux, dans la PQR (presse quotidienne régionale, NDLR), sur le terrain", a-t-elle dit.

Après la journée de manifestations jeudi, qui a réuni entre 1 et 2 millions de personnes, la cheffe du gouvernement les a invités à rester "attentifs à ce que nous disent les Français" et "enrichir le texte dans le débat parlementaire".

"Mais d'ores et déjà nous pouvons et nous devons le défendre avec conviction", a-t-elle ajouté, alors que l'exécutif n'entend pas à ce stade revenir sur la mesure la plus contestée du report de l'âge de départ à la retraite de 62 à 64 ans.

"C'est un projet pour lequel nous avons fait campagne. Un projet qui a été concerté et amélioré, notamment grâce à vous. Ce projet est nécessaire, mais ce n'est pas tout. N'ayons pas peur de le dire : ce projet est juste. Il porte des progrès sociaux", a fait valoir Elisabeth Borne.

La députée et ancienne ministre Renaissance Barbara Pompili a affirmé mardi qu'"on ne pouvait pas faire une réforme contre la population", après avoir réitéré, comme deux autres députés macronistes, qu'elle ne pourrait voter "en l'état" un texte "pas assez équilibré".

Le patron du MoDem François Bayrou a de son côté réclamé des "améliorations" au texte.

Article original publié sur BFMTV.com