Publicité

Comment faire si personne ne veut devenir manageur ?

Selon une étude récente de Chef:innensache, un réseau allemand de dirigeants d’entreprise, seuls 29 % des salariés outre-Rhin souhaitaient accéder à un rôle de manageur en 2022, soit 10 points de moins qu’en 2018, souligne Der Spiegel, pour qui l’explication se résume en trois facteurs : “stress, pression, longues journées de travail”. La Süddeutsche Zeitung fait le même constat, particulièrement auprès des plus jeunes – la génération Z –, souvent critiqués dans le monde du travail et qui se démarquent de ses aînés par une attention particulière à l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée.

“Le leadership sans heures supplémentaires, c’est rare. Des postes de direction à temps partiel ou avec une semaine de quatre jours, c’est impensable dans de nombreux endroits. Avoir une belle carrière en travaillant à domicile, c’est impossible”, résume le quotidien. Le Spiegel se souvient que “Volkswagen et Deutsche Bank ont ​​récemment fait la une des journaux car les deux sociétés souhaitent voir leurs manageurs presque entièrement de retour au bureau”, tandis que les plus jeunes insistent pour télétravailler et avoir le plus de flexibilité possible.

Dans ce contexte, où se profile une possible future pénurie de manageurs, le magazine se demande ce qu’il faudrait changer dans la culture des entreprises pour convaincre les salariés de monter en grade et de prendre des responsabilités. Voici quelques pistes :

  • “Établir une nouvelle culture de leadership, avec une formation et un soutien spécialement destinés aux nouveaux managers.”

  • Avoir recours au “partage d’emploi” : deux employés se partagent le même poste à temps partiel. “Cela présente plusieurs avantages : les charges de travail élevées peuvent être mieux gérées, les décisions difficiles ne sont plus obligatoirement prises seul et il y a également plus d’espace pour les loisirs ou la vie de famille”, explique le Spiegel, pour qui cela n’est possible que si l’ancienne culture présentéiste est abandonnée.

  • Permettre une progression de carrière sans nécessairement avoir des fonctions de manageur.

  • Avoir recours à une hiérarchie plus horizontale.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :