Publicité

Faire le lien entre vulnérabilité climatique et risque de conflit

La communauté internationale est réunie à Dubaï pour la COP28. Les pays riches et en développement tentent de s’entendre sur le financement de la lutte contre le changement climatique et comment venir en aide aux pays les plus vulnérables.

L’International Rescue Committee (IRC) souligne dans un rapport que la crise climatique menace la stabilité de certaines régions du monde. Euronews a interrogé avec le président-directeur général de l'IRC, David Miliband.

Euronews :

Parlez-nous des grands points de votre rapport qui lie le climat et le risque de conflit ?

David Miliband :

Notre rapport se concentre spécifiquement sur les pays qui combinent des niveaux élevés de vulnérabilité climatique avec des niveaux élevés de conflit. Il y a 15 ou 16 pays dans le monde qui représentent environ 60 % des besoins humanitaires. Ils sont marqués par des conflits et des crises climatiques. La Somalie en est un exemple, la République centrafricaine, l'Éthiopie. Il s'agit de pays soumis à des contraintes climatiques qui, dans l'ensemble, ont très peu contribué aux émissions globales de carbone, mais qui souffrent de niveaux très élevés de vulnérabilité climatique et de niveaux très faibles d'investissement dans la résilience climatique.

Euronews :

Quelles sont les solutions présentées dans le rapport ?

David Miliband :

Il s'agit d'un plan d'action très clair. Cartographions la vulnérabilité climatique parce que les sécheresses, les inondations sont différentes dans les différentes parties de ces pays. Nous avons besoin d'une véritable cartographie des risques. Nous avons besoin d'un véritable investissement dans l'innovation sur ce que signifie l'adaptation. Comment les communautés agricoles peuvent-elles maintenir leurs moyens de subsistance ? Comment les communautés urbaines peuvent-elles être protégées des dangers de la crise climatique ? Troisièmement, les États fragiles et en conflit ont besoin que vous travailliez avec la société civile, avec la communauté, et pas seulement avec les mécanismes gouvernementaux traditionnels. Enfin, il y a un dernier aspect à prendre en compte. Ces pays ont besoin d'aide humanitaire, mais ils ont aussi besoin de financements pour lutter contre le changement climatique.

Euronews :

Dans le passé, il y a eu beaucoup d'engagements, mais peu d'actions. Qu'est-ce qui vous fait penser que cette COP28 sera différente ?

David Miliband :

Ce qui est différent, c'est que le monde a changé. Nous vivons aujourd'hui avec la crise climatique. Si vous allez en Afghanistan, si vous allez en Somalie, nos partenaires sont confrontés à la crise climatique aujourd'hui. Et aucune COP précédente n'a jamais abordé la question de la vulnérabilité climatique et des conflits. C'est ce qu'il faut changer.

Euronews :

Parlez-nous un peu plus des conséquences de l'inaction pour les pays et les communautés les plus vulnérables ?

David Miliband :

Les pires scénarios sont évidents. Le changement climatique exacerbe le stress sur les ressources. Le stress sur les ressources exacerbe les conflits. Les conflits exacerbent les flux de personnes, et vous vous retrouvez avec une situation ingérable. En Europe, le défi est double : il y a évidemment un défi de décarbonation pour des raisons de sécurité nationale après l'invasion de l'Ukraine par la Russie. Mais il y a aussi la responsabilité mondiale que l'Europe doit assumer. Et il ne s'agit pas seulement d'une responsabilité morale. Il s'agit d'une responsabilité stratégique et géostratégique. Et nous soutiendrons qu'il est plus que temps que cela se produise.