Publicité

Faillite de la banque SVB : "Pas de contagion directe", assure le Commissaire européen à l’Économie

"Pas de panique". C'est le message envoyé par les responsables européens des Finances après l'effondrement de la banque américaine Silicon Valley Bank, qui a entraîné une chute des actions bancaires européennes.

Les banques mieux armées

Alors que certains brandissent déjà le spectre d'une nouvelle crise financière, les leaders européens se montrent rassurants, rappelant que le secteur bancaire est aujourd'hui mieux protégé face aux risques financiers.

"Toutes les banques européennes, pas seulement les plus grandes, appliquent les normes prudentielles de Bâle. Il n'y a donc pas de contagion directe. La possibilité d'un impact indirect est un point que nous devons surveiller,mais pour l'instant, nous ne voyons pas de risque significatif", a réagi ce lundi à Bruxelles Paolo Gentiloni, le Commissaire européen à l’Économie.

Le secteur bancaire américain solide

Aux États-Unis, Joe Biden s'est également voulu rassurant. Le président américain a annoncé des mesures supplémentaires pour renforcer la solidité du secteur bancaire :

"Je vais demander au Congrès et aux régulateurs bancaires de renforcer les règles applicables aux banques afin de réduire la probabilité que ce type de faillite bancaire ne se reproduise et de protéger les emplois et les petites entreprises américaines", a déclaré le président américain.

Incapable de faire face aux retraits massifs de ses clients, la banque SVB a été fermée vendredi par les autorités américaines. Deux autres banques - la Signature Bank et la Silvergate Bank - ont également été impactées.

Conséquence, les bourses européennes ont fini en nette baisse ce lundi.