Publicité

Facebook fête ses 20 ans : le géant des réseaux sociaux est-il toujours d'actualité ?

Facebook fête ses 20 ans : le géant des réseaux sociaux est-il toujours d'actualité ?

Facebook a maintenant deux décennies d'existence. Et malgré sa baisse de popularité auprès des jeunes générations, il reste le plus grand réseau social au monde.

Il compte aujourd'hui plus de 3 milliards d'utilisateurs mensuels actifs, soit un tiers de la population mondiale.

Mais Facebook commence à prendre de l'âge et la plateforme s'est quelque peu éloignée de son objectif initial : rassembler les gens (gratuitement) et aider les amis à rester en contact.

Si vous parcourez Facebook aujourd'hui, vous trouverez moins de messages de vos véritables amis et nettement plus de publicités sponsorisées, d'articles conspirationnistes, et de publications de vieilles connaissances qui documentent tous les aspects de leur vie avec des photos floues.

Alors que nos profils prennent la poussière et que Facebook fête son 20ème anniversaire, le premier grand réseau social est-il encore d'actualité en 2024 ?

Un phénomène mondial

Facebook n'a pas été le tout premier réseau social, loin s'en faut, mais il a été le premier à se propager au-delà des frontières et des générations comme un virus, modifiant la façon dont les gens interagissent entre eux, organisent des mouvements sociaux et consomment des informations.

Avec Twitter, il est devenu un vecteur de changement social, suscitant des mouvements tels que le printemps arabe, Occupy Wall Street et l'attentat de 2023 contre le congrès brésilien.

Le fondateur Mark Zuckerberg, qui a créé Facebook alors qu'il n'avait que 19 ans, s'est soudain retrouvé au coeur d'un débat sur les limites de la liberté d'expression, dans un contexte de critiques croissantes qui considéraient que Facebook n'en faisait pas assez pour lutter contre la désinformation et les discours haineux.

Les régulateurs des États-Unis et de l'Union européenne continuent d'interroger Mark Zuckerberg sur la question de la désinformation, qui s'est répandue sur le site lors de la pandémie de coronavirus. En vertu de la nouvelle loi européenne sur les services numériques, Meta est responsable de la surveillance et de la suppression des fausses informations et des contenus illégaux sur ses plateformes.

Mark Zuckerberg, PDG de Facebook, témoigne devant le Congrès américain de l'utilisation des données de Facebook pour cibler les électeurs américains lors de l'élection de 2016
Mark Zuckerberg, PDG de Facebook, témoigne devant le Congrès américain de l'utilisation des données de Facebook pour cibler les électeurs américains lors de l'élection de 2016 - Alex Brandon/Copyright 2018 The AP. All rights reserved.

En ce qui concerne la mission de Facebook, Mark Zuckerberg a élargi les fonctionnalités de la plateforme pour maintenir un modèle économique viable, en donnant la priorité aux revenus publicitaires et à la collecte de données plutôt qu'à une véritable interaction avec les utilisateurs.

En 2019, Mark Zuckerberg a changé le slogan de la plateforme, passant de "C'est gratuit et ça le sera toujours" à "C'est rapide et facile", ouvrant ainsi la voie au nouveau modèle d'abonnement payant et sans publicité de Facebook. Deux ans plus tard, il a rebaptisé la société mère de Facebook "Meta", faisant ainsi un pari majeur sur la recherche sur les métavers.

Il a par ailleurs augmenté le contenu vidéo sur Facebook et Instagram (également une marque Meta), ajouté la place de marché Facebook, où les gens peuvent acheter et vendre des articles, et étendu les capacités de messagerie avec le développement de Messenger et l'acquisition de WhatsApp.

La plateforme a aujourd'hui très peu de ressemblance avec le Facebook d'antan, car elle rassemble des fonctionnalités d'autres sites de réseaux sociaux populaires tels que Reddit, TikTok, Twitter et Snapchat.

Une base d'utilisateurs vieillissante, une portée de plus en plus mondiale

Si Facebook reste la pierre angulaire de toute campagne de marketing sur les réseaux sociaux, sa base d'utilisateurs vieillit.

Les milléniaux préfèrent toujours l'application, même si leur nombre est en baisse - une étude réalisée en 2022 a révélé que 69 % d'entre eux préfèrent utiliser Facebook plutôt que d'autres réseaux sociaux, alors qu'ils étaient 75 % à le faire en 2021.

Les jeunes générations sont encore moins attirées par Facebook : seuls 37 % des membres de la génération Z déclarent être actifs sur Facebook, alors que 65 % utilisent TikTok.

Si ces chiffres ont suscité des déclarations selon lesquelles "Facebook est mort", les derniers chiffres concernant les utilisateurs au début du mois de février suggèrent tout le contraire.

Chaque jour, 2,11 milliards de personnes se connectent à Facebook, soit une augmentation de 6 % en un an. Mais les trois quarts de ces utilisateurs quotidiens se trouvent en dehors des États-Unis, du Canada et de l'Europe.

Ainsi, alors que Facebook perd des utilisateurs en Europe et voit sa croissance ralentir aux États-Unis et au Canada, il gagne des dizaines de millions d'utilisateurs dans le monde entier. Le plus grand marché pour Facebook est l'Inde, avec 315 millions d'utilisateurs.

Facebook s'éloigne de plus en plus des interactions entre amis pour se tourner vers le contenu viral.
Facebook s'éloigne de plus en plus des interactions entre amis pour se tourner vers le contenu viral. - Michael Dwyer/Copyright 2022 The AP. All rights reserved

La façon dont les gens utilisent Facebook change également, s'adaptant au nouvel algorithme de la plateforme qui se concentre davantage sur le contenu viral que sur les liens entre les utilisateurs.

"Au cours des deux dernières années, on a observé un changement : les gens viennent sur Facebook davantage pour se divertir, découvrir quelque chose de nouveau ou voir ce qui se passe dans le monde", écrit Tom Alison, directeur de Facebook, dans un communiqué de presse publié en mars dernier, dans lequel il a annoncé une nouvelle fonction de découverte de contenu alimentée par l'IA.

"Auparavant, vous pouviez être invité à un groupe (Facebook) par un ami, ou rechercher un groupe en fonction d'un besoin ou d'un intérêt spécifique", explique Tom Alison. "En utilisant l'IA pour identifier des publications des groupes publics en fonction de vos centres d'intérêt, nous pouvons désormais vous montrer un contenu plus pertinent dans votre fil d'actualité, sans que vous ayez à faire de recherche ou à dépendre du bouche-à-oreille pour découvrir un groupe".

Il semble que la vision de Tom Alison pour l'avenir de Facebook ne soit pas l'amitié. Du moins, pas avec des êtres humains.

Pour l'instant, l'avenir de Facebook semble être guidé par des algorithmes qui vous montreront davantage ce que vous voulez voir. C'est une bonne stratégie pour inciter les gens à rester sur la plateforme, mais c'est aussi un pas de plus vers la division des utilisateurs en chambres de résonance indépendantes les unes des autres.