Publicité

Face aux accusations de racisme, Charles, Camilla, Kate et William, s'affichent réunis sur une photo

Ils posent souriants, face à l'adversité. C'est ainsi que la presse britannique interprète le dernier cliché officiel du roi Charles, entouré de la reine Camilla et de William et Kate, en grande tenue.

"Alors que Harry chouine encore... Un pour tous, tous pour un", titre ainsi le Sun, tandis que le Daily Mail évoque "une glorieuse démonstration d'unité royale". Le Daily Mirror titre "Standing firm", avec un jeu de mots difficile à traduire, sur "la firme", le nom donné à la monarchie, et la fermeté. "La famille royale fait preuve d'unité après la polémique sur le racisme", indique The Times, qui fait aussi sa une sur la photo royale.

L'opération de communication de la famille royale n'a donc échappé à personne. Ce cliché intervient après la publication, le 28 novembre dernier de Fin de règne d'un nouveau livre mettant en cause la famille royale. Et l'attaque est de taille. Le livre signé Omid Scobie, chroniqueur royal réputé proche de Meghan Markle, appuie là où ça fait mal.

"Intolérance et déni institutionnel"

Le livre, qui évoque les rivalités au sein de la famille royale, et les frustrations des uns et des autres, revient également sur les accusations de racisme, proférées par Meghan et Harry lors de leur interview choc auprès de Oprah Winfrey en mars 2021. À la suite d'un imbroglio avec la version néerlandaise du livre, Charles et Kate ont été désignés comme les membres de la famille royale qui s'inquiétaient de la couleur de peau de l'enfant qu'attendait alors Meghan.

Dans son livre, Omid Scobie va plus loin, abordant longuement le problème du racisme au sein de la famille royale, de la monarchie et du Royaume-Uni, dans un chapitre au sous-titre éloquent de "Intolérance et déni institutionnel".

Les questions que soulèvent Meghan et Harry dans leur documentaire Netflix Harry et Meghan "notamment les reproches de maltraitance, de misogynie, de racisme (les 'biais inconscients', suivant la formule de Harry) et de manipulation d’image, ainsi que la cruauté institutionnelle dont ils ont souffert, sont largement ignorées par le palais", estime Omid Scobie.

Il dénonce aussi les promesses faites par l'institution de "promouvoir la diversité au sein de la famille royale", qui ont "surtout servi à redorer le blason de celle-ci".

"Ce qui n’est pas très glorieux pour une institution chapeautée par le souverain d’une Grande-Bretagne interraciale qui est aussi chef du Commonwealth, majoritairement non-blanc", ajoute-t-il.

Article original publié sur BFMTV.com