Face à l’inflation, 43% des Français souhaitent changer de travail pour gagner plus

Face à l'inflation, 43% des salariés français envisageraient de changer de poste, pour un emploi mieux rémunéré (Crédits : Getty Images/iStockphoto). (Getty Images/iStockphoto)

Selon un sondage, les salariés attendent de leur employeur qu'il les aide dans ce contexte économique malmenant leur pouvoir d'achat.

Alors que l’inflation se maintient à un niveau élevé, une large majorité de travailleurs attend un geste de la part de leur employeur. D’après une étude menée par Glassdoor, un site d'information sur les emplois et les entreprises, 77% des salariés souhaitent que leur employeur les aide à faire face à la hausse du coût de la vie.

Près d’un Français sur deux prêt à changer de job

La branche française de cette multinationale fondée aux Etats-Unis a interrogé 1 000 travailleurs occupant un poste à temps plein au mois de novembre. Si la plupart des sondés estiment que c'est d'abord le gouvernement qui doit trouver des solutions en matière de pouvoir d'achat (à 65%), ils sont un quart à penser que c'est la responsabilité principale de l'employeur.

Il en ressort aussi que 68% des employés seraient plus enclins à rester dans leur entreprise si elle leur donnait un coup de pouce, dans ce contexte économique compliqué. Cela pourrait s’avérer crucial pour les employeurs, car certains ont des difficultés à recruter. En outre, 43% des sondés envisagent de chercher un nouveau poste pour gagner plus.

Une augmentation ou des avantages en nature

Les salariés espèrent bien sûr une augmentation, à 88%, ou un bonus exceptionnel (81%). Recevoir des tickets restaurant, ou voir leur montant croître fait aussi partie des attentes des travailleurs. Enfin, ils verraient aussi d’un très bon œil la prise en charge de certains frais par l’employeur, comme le téléphone, l’accès à Internet, l’indemnité kilométrique, les billets de transports en commun (actuellement pris en charge à 50%) ou la mutuelle.

Ces attentes ne sont pas vraiment satisfaites puisque seuls 26% des travailleurs sondés ont perçu une prime ponctuelle, et 22% ont été augmentés. Enfin, 15% ont reçu de nouveaux avantages, comme des chèques cadeaux.

Si certaines entreprises ont réagi face à l'inflation, comme Air France, qui a augmenté les salaires de 5% et une prime de 1 000 euros, toutes ne sont pas enclines ou en mesure de répondre aux attentes pécuniaires de leur main-d’œuvre. En outre, d'après les données du ministère du travail, si les rémunérations ont augmenté au premier semestre 2022, elles ont été rattrapées par l'inflation. Peut-être faut-il donc s'attendre à de nouvelles turbulences sur le marché d'emploi en 2023.

** Enquête menée par Glassdoor auprès de 1000 adultes français âgés de 18 ans et plus occupant un emploi à temps plein entre le 3 et le 11 novembre 2022.

VIDÉO - Quelles sont les villes les plus dynamiques sur le front de l’emploi en France ?