Publicité

Face à Bolloré et Hanouna, Louis Boyard s’est arrangé pour avoir droit à sa revanche à l’Assemblée

Comment Louis Boyard s’est arrangé pour avoir cette revanche face à Bolloré et Hanouna
THOMAS SAMSON / AFP Comment Louis Boyard s’est arrangé pour avoir cette revanche face à Bolloré et Hanouna

POLITIQUE - Match retour, mais à domicile cette fois. La commission d’enquête parlementaire sur l’attribution des fréquences télé auditionne ce mercredi 13 mars le milliardaire Vincent Bolloré, dirigeant emblématique du groupe Vivendi, propriétaire de Canal+. Son employé le plus controversé, l’animateur Cyril Hanouna sera pour sa part, mis sur le gril jeudi par les députés.

Chez Fayard, Vincent Bolloré obtient la tête d’Isabelle Saporta et s’attire les critiques

Des prises de parole très attendues, tant les chaînes liées à ces deux hommes suscitent la polémique (et les remontrances de l’Arcom). CNews est accusée par des personnalités de gauche de promouvoir des opinions d’extrême droite, ce qu’elle conteste. Quand C8, elle, se fait régulièrement taper sur les doigts par le régulateur des médias.

Dans ce contexte, les deux hommes vont faire face à un invité surprise à l’Assemblée : Louis Boyard. Le député - qui n’était pas dans ce cénacle réclamé et lancé il y a trois mois par la France insoumise - vient effectivement de rejoindre la commission, avec sa collègue Nadège Abomangoli.

De quoi donner à ces échanges une allure de revanche pour l’élu du Val-de-Marne. Ancien président de l’union syndicale des lycéens, celui qui est devenu député en 2022, a occupé le fauteuil de chroniqueur (ponctuel) dans les émissions de Cyril Hanouna entre 2021 et 2022.

Souvenez-vous, novembre 2022

Mais c’est un passage de Louis Boyard dans Touche pas à mon poste, en tant qu’« invité », en novembre 2022, qui reste dans les mémoires. Alors que le néodéputé évoquait le sort d’un bateau humanitaire rejeté en Méditerranée puis déviait sur une critique ouverte des affaires liées à Vincent Bolloré et aux activités du milliardaire en Afrique, l’animateur s’était déchaîné pendant presque 10 minutes, entre menaces et insultes.

« Arrête de te la raconter, je m’en bats les couilles que tu sois élu (...) espèce d’abruti. Si t’es député c’est grâce à nous. Tocard va, allez tais-toi ! Bouffon va », lui avait notamment lancé l’homme fort de C8, avant d’ajouter : « T’es qu’une merde. (...) T’as rien fait à part mettre un costume et faire un brushing, allez barre-toi. »

La séquence, d’une rare violence même pour « TPMP », avait choqué la classe politique, bien au-delà de la France insoumise. Louis Boyard avait immédiatement porté plainte. Et l’Arcom a infligé une amende record de 3,5 millions d’euros à C8 quelques mois plus tard.

Au cours de ces échanges acrimonieux, Cyril Hanouna avait notamment lancé au député : « Tu n’as même pas de liberté à l’Assemblée nationale. Dès que tu parles, ils ferment ta gueule ». Il va pouvoir faire l’expérience du contraire, jeudi. Gageons que, cette fois-ci, l’élu insoumis aura l’avantage, au moins du terrain.

À voir également sur Le HuffPost :

L’Arcom met en garde CNews et Pascal Praud pour avoir fait un lien entre punaises de lit et immigration

« Libération » prend la défense de Coco après une vague de menaces visant la dessinatrice