Publicité

La F1 rejette la candidature de l'écurie américaine Andretti

La Fédération internationale de l'automobile (FIA) avait pourtant ouvert la voie à l'arrivée d'Andretti dans le paddock en lui donnant son feu vert en octobre dernier. Mais cette décision restait subordonnée à la conclusion d'un accord commercial avec Liberty Media, détenteur des droits de la F1, qui avait annoncé dans la foulée qu'il allait procéder à sa "propre évaluation de la solidité de cette candidature".

Et les conclusions auxquelles sont arrivés les décideurs de la F1 sont sans appel. Pour eux, l'écurie américaine, qui avait annoncé un partenariat avec General Motors pour fournir des moteurs Cadillac à l'équipe, n'apporterait aucune valeur ajoutée au championnat car elle ne serait pas en mesure d'être rapidement compétitive.

"Notre processus d'évaluation a établi que la présence d'une 11e équipe n'apporterait pas, en soi, de valeur au championnat. Le meilleur moyen pour qu'une nouvelle équipe apporte de la valeur serait d'être compétitive. Nous ne pensons pas que ce candidat serait un participant compétitif", écrivent notamment les organisateurs du championnat du monde de Formule 1.

"Bien que le nom Andretti soit connu des fans de F1, nos recherches indiquent que la F1 apporterait de la valeur à la marque Andretti plutôt que l'inverse", soulignent-t-il. "L'ajout d'une onzième équipe ferait peser une charge opérationnelle sur les promoteurs de courses, imposerait à certains d'entre eux des coûts importants et réduirait l'espace technique, opérationnel et commercial des autres concurrents", fait valoir la F1.

Le paddock était hostile à l’arrivée d’Andretti

Toutefois, la porte reste ouverte pour une arrivée d'Andretti dans le paddock à une échéance un peu plus lointaine, quand elle disposera d'un motoriste. "Nous considérerions de manière différente une candidature pour intégrer le championnat en 2028 avec moteur fourni par General Motors (...) Dans ce cas, il y aurait d'autres facteurs à examiner en ce qui concerne la valeur que le candidat apporterait au championnat, en particulier avec l'arrivée d'un nouveau constructeur prestigieux comme motoriste dans la discipline", conclut la F1

La plupart des équipes existantes se sont opposées à l'arrivée d'Andretti alors que le calendrier de la nouvelle saison comportera un nombre record de 24 Grands Prix. Les écuries, qui considéraient d'un mauvais œil cette candidature à cause de ses conséquences sur le partage des revenus et des prix, estiment insuffisants les 200 millions de dollars (185 millions d’euros) de droit d'entrée réclamés au candidat.

"Je pense que si le système de fonctionnement (de la F1) n'est pas à bout, on n'a pas besoin de le remodeler. Je suis persuadé que cela fonctionne très bien avec dix équipes et je pense que cela doit rester ainsi", avait ainsi déclaré à Sky Sports en octobre Lawrence Stroll, le propriétaire d'Aston Martin. La candidature de l'écurie Andretti est portée par Michael Andretti, ancien pilote de F1 et fils de Mario Andretti, champion du monde de F1 en 1978.

Article original publié sur RMC Sport