Publicité

Les fées du Yorkshire : l'incroyable canular qui a berné Arthur Conan Doyle

Elsie Wright, 16 ans, et sa cousine, Frances Griffiths, 10 ans, raffolent des escapades le long de la rivière qui borde la maison des Wright, à Cottingley, en Angleterre. Elles sont intarissables sur les fées et les créatures fabuleuses qu’elles y rencontrent. Un jour de juillet 1917, le père d’Elsie confie aux jeunes filles son appareil photo et les met au défi de capturer leurs mystérieuses amies. Surprise ! Leur cliché dévoile une ronde de petites femmes ailées qui dansent et jouent de la flûte autour de Frances. Deux mois plus tard, les enfants rapportent une nouvelle photo : cette fois, c’est Elsie qui joue avec un gnome haut comme trois pommes. Lassé de ces enfantillages, monsieur Wright leur confisque l’appareil. Son épouse, en revanche, y croit dur comme fer et fait circuler les images. À ses proches d’abord, puis, en 1919, à la Société théosophique, une association internationale versée dans le syncrétisme religieux et l’occultisme. Les fées de Cottingley font forte impression. Passant de main en main, les clichés atterrissent l’année suivante sur le bureau londonien d’Edward Gardner, un des membres les plus éminents de l’association. Après expertise, celui-ci rend son verdict : les photos sont authentiques. Coup de tonnerre dans les cercles ésotériques. Si on n’y doutait pas de l’existence des fées et autres représentants du "petit peuple", personne n’en avait encore jamais vu en photo !

L’affaire fait du bruit et arrive aux oreilles de sir Arthur Conan Doyle. Une aubaine (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Voici les pays les moins visités au monde
Voici les aides pour les retraités non imposables !
Peut-on peindre le mur du voisin qui donne chez soi ?
Fonctionnaire : quelles sont les différences entre les catégories A, B et C ?
Pourquoi faut-il laver les vêtements neufs avant de les porter ?