Publicité

De la fève de cacao à la tablette : l'histoire captivante du chocolat

75 % du cacao est produit en Afrique, principalement en Côte d’Ivoire et au Ghana. Le reste vient d’Amérique (20 %) et d’Asie (5 %). La plus grosse boîte de chocolats pèse 2 547,49 kilos, un poids enregistré cette année au Guinness des records. 30 % du chocolat consommé en France est noir, contre 5 % en Europe.

Sources : International Cocoa Organization, Guinness world records, Syndicat du chocolat

Chez les anciens Mayas, le cacao est considéré comme un cadeau des dieux. Si les fèves leur servent à concocter de divins breuvages (à base d’eau, d’épices et de maïs), elles sont aussi une monnaie d’échange utilisée pour le paiement de produits ou de taxes. Les chefs mayas du nord du Yucatan (Mexique) contrôlent donc les plantations de cacaoyers, implantées dans des vergers sacrés. D’ailleurs, avant qu’il ne prenne au XVIIIe siècle le nom scientifique issu du grec Theobroma cacao ("nourriture des dieux"), le cacaoyer s’appelait en latin Amygdala pecuniaria, "amande pécuniaire".

Pour cinq millions de producteurs, seuls cinq industriels se partagent plus de 60 % du marché du broyage et dix récoltent 42 % de la vente finale (Iddri, 2019). Les industriels du Nord s’approprient la valeur ajoutée : "En Côte d’Ivoire, plus de 50 % des agriculteurs vivent sous le seuil de pauvreté, pointe Christophe Boscher (Agronomes et Vétérinaires sans frontières). Nous les accompagnons pour qu’ils s’organisent en coopérative et obtiennent des prix plus rémunérateurs." Cela passe notamment par des contrats (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Crise du logement, concurrence déloyale... : les principaux problèmes posés par Airbnb
Combien d'argent faut-il avoir de côté à la retraite ?
Comment connaître le nombre de points sur son permis de conduire ?
Quelles sont les villes les plus sûres du monde ?
Comment retrouver une personne perdue de vue ?