Publicité

Une exoplanète avec une queue de comète

Toute proche de son étoile qui vaporise une partie de son atmosphère, WASP-69b traine un panache de plus de 500.000 km de longueur.

A 160 années-lumière, dans la constellation du Verseau, l'exoplanète WASP-69b, une géante gazeuse de la taille de Jupiter, orbite autour de son étoile en moins de quatre jours terrestres. Elle est donc située tout près de cette dernière et cette proximité entraine des conséquences dramatiques pour son atmosphère. L'astre découvert il y a une dizaine d'années avait déjà fait parler de lui en 2018, quand une équipe d'astronomes avait utilisé l'observatoire de Calar Alto, en Espagne, et s'était aperçue que la planète était plongée dans un nuage d'hélium et d'hydrogène. C'était l'une des premières fois où de l'hélium était identifié dans l'atmosphère d'une exoplanète.

Une véritable queue de comète

Des observations plus poussées menées avec un télescope plus grand, le WM Keck à Hawaï, ainsi que son spectrographe à haute résolution, appelé NIRSPEC, ont permis d'étudier plus attentivement ce nuage de gaz. Et de se rendre compte qu'il n'avait pas du tout une structure circulaire, mais qu'il était sculpté à la manière d'une queue de comète longue de plus de 500.000 km de longueur, soit sept fois la taille de l'exoplanète. Et dans la revue The Astrophysical Journal, les astronomes expliquent comment cet appendice cosmique a pu se former : le rayonnement haute énergie en provenance de l'étoile projette les gaz atmosphériques dans l'espace à raison de près de 200.000 tonnes par seconde et les vents stellaires les façonnent ensuite.

L'étude directe de ce type de perte de masse atmosphérique est essentielle pour comprendre exactement comment les planètes de la galaxie évoluent au fil du temps avec leurs étoiles, ont déclaré les chercheurs dans un communiqué. En effet, "au cours de la dernière décennie, nous avons appris que la majorité des étoiles hébergent une planète qui orbite autour d'elles plus près que Mercure ne tourne autour de notre soleil et que l'érosion de leur atmosphère joue un rôle clé", a déclaré Erik Petigura de l'Université de Californie à Los Angeles.

"Cependan[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi