Publicité

"Pas exceptionnel": comment de la neige est subitement tombée en Bretagne ce mercredi

La tempête Nelson traverse ce jeudi 28 mars six départements. Certains d'entre-eux, en particulier le Finistère, ont même été saupoudrés de neige pendant environ deux heures mercredi soir, sans que cela n'ait été anticipé.

La raison de cette imprévisibilité, un phénomène dit "d'isothermie", qualifié de "délicat à prévoir" par Météo-France dans une fiche dédiée. Mais de quoi s'agit-il? Guillaume Séchet, météorologiste à Météovilles et consultant BFMTV a schématisé ce phénomène:

"La neige, en se changeant en pluie, a refroidi l'air autour d'elle en absorbant de l'énergie. Ce qui l'a à nouveau transformée en neige, c'est de la physique", simplifie-t-il.

"Rare mais pas exceptionnel"

Outre ce phénomène, cet épisode neigeux était le résultat de la proximité avec un "centre dépressionnaire" et de l'air froid circulant en altitude. C'est cette même dépression - la tempête Nelson - qui a provoqué des chutes de neige chez nos voisins Britanniques, notamment sur le pays de Galles.

Ces précipitations neigeuses peuvent pourtant interroger, en raison de leur caractère tardif. Guillaume Séchet ne voit pas d'anomalie, comme un décalage dû au dérèglement climatique, dans ces chutes de neiges.

"Cela devient rare, mais ce n'est pas exceptionnel. Il y a quelques décennies c'était même fréquent", contextualise le prévisionniste.

La neige n'est d'ailleurs pas tombée cette semaine que dans le nord-ouest. Une masse d'air polaire a aussi survolé mardi et mercredi certains départements du centre, alors qu'en même temps, les Cévennes où l'Hérault étaient touchés par des pluies importantes. Un début de printemps chaotique.

Article original publié sur BFMTV.com