Publicité

Eva Green remporte son procès pour « A Patriot », un projet de film avorté

L’actrice Eva Green  (ici le 12 février 2023 à Paris) a gagné son procès en justice contre la société White Lantern Films. Elle leur réclamait un cachet malgré l’annulation de leur film - où elle était engagée pour y jouer.
L’actrice Eva Green (ici le 12 février 2023 à Paris) a gagné son procès en justice contre la société White Lantern Films. Elle leur réclamait un cachet malgré l’annulation de leur film - où elle était engagée pour y jouer.

JUSTICE - Elle n’a pas lâché le morceau et ça a payé. L’actrice française Eva Green a remporté ce vendredi 28 avril son procès à Londres contre la société de production d’un film de science-fiction à qui elle réclamait son cachet malgré l’annulation du long-métrage.

L’actrice française âgée de 42 ans, star de Casino Royale en 2006, devait jouer dans un film de science-fiction - A Patriot - avant que la production ne soit finalement arrêtée en octobre 2019.

Elle avait poursuivi la société de production britannique, White Lantern Films, pour revendiquer son cachet d’un million de dollars - 918.000 euros - pour le film, malgré son annulation. Sur sa page Instagram, l’actrice a publié un long message disant son soulagement d’avoir remporté son procès.

« Aujourd’hui, après une longue bataille juridique, j’ai gagné mon procès au tribunal de Londres. L’affaire a été largement déformée dans la presse et j’aimerais profiter de cette occasion pour donner ma version », introduit-elle son long texte posté ce vendredi.

Elle estime notamment avoir été le « bouc émissaire » de cette histoire et elle est fière « d’être restée debout ». La comédienne n’hésite pas non plus à tacler les médias qui pour certains aiment « mettre une femme en pièces ».

Eva Green conclut son message par une phrase pleine de gratitude pour ses fans : « Je promets de tout mon cœur que je m’efforcerai toujours de mériter le soutien aimant que vous m’avez donné. Merci »

Accusée de violences verbales

White Lantern Films avait de son côté décidé de contre-attaquer en lançant ses propres poursuites contre l’actrice, estimant qu’elle avait fait des « demandes déraisonnables » et nui à la production du film.

Dans un jugement rendu ce vendredi, la Haute Cour de Londres a donné raison à la comédienne et débouté la société de production. Le juge Michael Green a conclu que l’actrice n’a pas « renoncé à ses obligations » et n’a commis aucune violation contractuelle.

Lors du procès, qui s’était tenu en début d’année, l’actrice avait invoqué son « côté français » pour expliquer les messages pour le moins désobligeants qu’elle avait envoyés pendant le tournage.

Elle avait assuré être « tombée amoureuse » du projet de film qui devait traiter de la crise climatique.

Les avocats de White Lantern Films estimaient eux que l’actrice française avait exprimé « un manque de confiance et un mécontentement » à l’égard de membres de l’équipe de production.

Ils s’appuyaient sur des messages WhatsApp dans lesquels Eva Green aurait qualifié un membre de l’équipe de « diabolique », de « sociopathe sournois », de « menteur et de fou ». Elle aurait également traité le directeur de production, Terry Bird, de « crétin » et de « trou du cul fini ».

L’avocat de l’actrice, Edmund Cullen, avait quant à lui fait valoir que ces messages devaient être lus dans le contexte de négociations pour le rachat des droits du script pour en faire un film différent.

Il avait dénoncé une affaire conçue pour dépeindre Eva Green comme une « diva », « faire les gros titres » et « nuire à sa réputation ».

À voir également sur Le HuffPost :

Gwyneth Paltrow remporte son procès dans l’affaire de l’accident de ski

Eva Green, star du tapis rouge pour «Dumbo» à Paris