Euthanasie : Jean-Marie Le Pen change de ton sur le sujet

Par LePoint.fr
·1 min de lecture
Jean-Marie Le Pen s'est également opposé aux propos de l'écrivain Michel Houellebecq selon qui « une civilisation qui légalise l'euthanasie perd tout droit au respect ».

Jusqu'à présent contre le droit à la fin de vie, le fondateur du Front national a confié au « Figaro » samedi 10 avril admettre « en partie l'euthanasie ».

L'euthanasie est revenue sur le devant de la scène ces dernières semaines avec une nouvelle proposition de loi pour « une fin de vie libre et choisie », débattue devant l'Assemblée nationale. Le sujet, brûlant, a suscité de nombreuses réactions, positives comme négatives, chez les hommes et femmes politiques français. Samedi 10 avril, Jean-Marie Le Pen s'est à son tour exprimé dans les colonnes du Figaro. Le fondateur du Front national, devenu depuis le Rassemblement national, admet « en partie l'euthanasie. »

Une évolution pour l'ancien député de Paris, âgé de 92 ans. En 2007, lors d'un entretien accordé à Famille chrétienne, il avait déclaré être « moralement et philosophiquement partisan du respect de la vie du début jusqu'à la fin ». Désormais, il estime que « sur ce sujet-là, nous aurions plus de scrupule que les balles de mitraillette qui entrent dans le ventre des jeunes gens dans les conflits militaires. Là on s'autorise tout, dans le fond, on considère que la mort est banale. »

À LIRE AUSSILa difficile question de l'euthanasie entre enfin en débat au Parlement

Une « responsabilité » personnelle, selon Jean-Marie Le Pen

S'il n'a pas regardé de près la nouvelle loi proposée, Jean-Marie Le Pen rappelle que, dans le cas de maladies « irréversibles » et provoquant « des souffrances inouïes », une personne « doit avoir le droit sur sa vie ». « C'est une responsabilité qu'elle prend à l'égard de ses convictions religieuses ou autre », défend l'ancien député [...] Lire la suite

Ce contenu peut également vous intéresser :