Publicité

Eurovision: de Céline Dion à La Zarra, ces artistes qui ont représenté des pays étrangers

La Zarra - FTV
La Zarra - FTV

Pour la première fois depuis des années, ce n'est pas un artiste français qui représentera la France à l'Eurovision. Jeudi, France Télévisions a annoncé que la chanteuse québécoise La Zarra avait été choisie en interne pour défendre le drapeau tricolore lors de l'édition 2023, à Liverpool en mai prochain. Une configuration rare mais loin d'être inédite, qui a souvent porté chance aux pays qui l'ont choisie.

Aucune règle de l'Union européenne de radio-télévision (UER), qui organise l'Eurovision, n'impose aux pays participants de choisir l'un de leurs ressortissants pour les représenter. Dans l'Hexagone, le dernier exemple en date est celui de Natasha St-Pier. La Québécoise et sa chanson Je n'ai que mon âme s'étaient classées 4e en 2001, un score que la France a mis 20 ans à surpasser (grâce à Barabara Pravi, arrivée 2e grâce à son titre Voilà en 2021).

À l'inverse, il est arrivé que d'autres pays participants fassent appel à des artistes français pour les représenter. Ce fut le cas du Luxembourg, qui a remporté le concours en 1965 face à 17 autres participants avec France Gall et son tube écrit pas Serge Gainsbourg, Poupée de cire, poupée de son.

Deux pays coutumiers du fait

Le Luxembourg, justement, figure sans doute parmi les pays qui ont le plus souvent fait appel à des chanteurs venus d'ailleurs, quasiment toujours francophones et très souvent français: Hugues Aufray (1964), Michèle Torr (1966), Corinne Hermès (1983), Plastic Bertrand (1987)... Le pays a également fait appel à la Grecque Nana Mouskouri (1963), l'Américaine Jeane Manson (1979) ou la Québécoise Lara Fabian (1988).

Et puis il y a les artistes qui ont porté plusieurs casaques. Dans les années 1960, un certain Jean Philippe a concouru pour la France en 1959, et pour la Suisse en 1962.

Dix après avoir représenté le Luxembourg, Michèle Torr passait du côté monégasque de la force et prêtait ses talents au Rocher; son titre Une petite française offre une belle 4e place à Monaco en 1977.

En 1963, la principauté avait déjà fait appel à une icône de la chanson française en convoquant Françoise Hardy, qui avait terminé 5e avec L'Amour s'en va. En 1971 le pays fait appel à la Française Séverine, qui remporte le concours avec Un banc, un arbre, une rue.

L'une des plus grandes stars au monde

Mais au jeu des artistes étrangers sollicités, c'est sans doute la Suisse qui a signé le plus gros coup de l'histoire du concours. En 1988, elle remporte la 33e édition du télé-crochet grâce à la star mondiale Céline Dion, venue interpréter le titre Ne partez pas sans moi. Elle offre ainsi au pays la deuxième - et dernière à ce jour - victoire de son histoire. Cette chanson, devenue un tube, est aussi la dernière chanson en français à avoir remporté l'Eurovision.

Dans quelques mois, nous saurons si La Zarra a eu le même effet porte-bonheur que sa concitoyenne. Elle ne cache en tout cas pas ses ambitions: "Je n'ai pas accepté pour qu'on perde!", a-t-elle confié jeudi à BFMTV quelques minutes après l'annonce de sa participation. "Je vais me battre!"

Article original publié sur BFMTV.com