Publicité

Européennes : Marie Toussaint « assume » ce happening devant TotalÉnergies pour présenter une « mesure phare »

Marie Toussaint et Marine Tondelier tiennent une banderole devant la tour de TotalÉnergies à La Défense, à Paris, ce 28 mars.
THOMAS SAMSON / AFP Marie Toussaint et Marine Tondelier tiennent une banderole devant la tour de TotalÉnergies à La Défense, à Paris, ce 28 mars.

POLITIQUE - Lorsqu’on imagine aller danser, on ne pense pas instinctivement à le faire devant le siège de TotalÉnergies. Pourtant, ce jeudi 28 mars, une vingtaine de militants écologistes vêtus de noir ont exécuté une chorégraphie à La Défense, au pied de la tour du groupe TotalÉnergies. Cette mise en scène était en réalité un moyen pour la candidate écologiste aux européennes Marie Toussaint de capter l’attention et de présenter l’une de ses « mesures phares ».

Elections européennes : Marie Toussaint répond à CNews qui l’invite à un débat par une lettre au vitriol

Marie Toussaint a expliqué vouloir créer un fonds de souveraineté écologique européen, qui serait « piloté par la banque européenne d’investissement » et doté d’un montant de 100 milliards d’euros. Ce fonds viserait à prendre une part majoritaire (51 % des droits de vote), dans les six entreprises pétro-gazières européennes « les plus polluantes » : TotalÉnergies, Eni, Repsol, OMV Petrom, Orlen, Wintershall Dea. Objectif : les inciter à sortir au plus vite des énergies fossiles, d’en finir avec les « dividendes liés aux énergies fossiles », et que « plus un seul puits de gaz ou de pétrole ne soit ouvert ».

« Ces entreprises portent atteinte aux conditions de vie sur Terre », a expliqué Marie Toussaint, rappelant que TotalÉnergies, par exemple, était impliqué dans 23 « bombes climatiques » (exploitations de gisement d’énergie fossile), comme l’avait révélé une enquête du Monde.

« L’Union européenne essaye d’agir sur son territoire, mais nous avons une responsabilité au niveau mondial (...) Comme le recommandent les scientifiques, comme le recommande l’Agence internationale de l’énergie, nous devons demander aux entreprises européennes de cesser tout investissement dans le pétrole et dans le gaz », a-t-elle encore développé.

Une question d’interprétation des traités européens

Et pour couper court à toute critique sur l’organisation de ce happening pour présenter sa mesure, Marie Toussaint a indiqué sur Twitter « assumer » ce choix. « L’artivisme est un des moyens choisis depuis toujours par la génération climat. Nous assumons ! », a-t-elle écrit. « Mais le fond du sujet, c’est la reprise en mains de Total. On en parle ? ».

Pour les écologistes, cette action est d’autant plus marquante que le groupe gazier et pétrolier fête ce jeudi son centenaire, et qu’il vient de perdre son combat en justice contre l’ONG Greenpeace, qui l’accuse de sous-estimer son empreinte carbone.

Affirmant que « certains secteurs sont suffisamment stratégiques pour être pilotés par la puissance publique », Marie Toussaint a estimé que l’Europe était « la bonne échelle pour agir ». « Les traités européens permettent » ce fonds « quand on les interprète dans la bonne direction », assure-t-elle, « puisqu’ils ont dans leurs objectifs la sauvegarde de la planète ».

Pour financer ce fonds, elle a rappelé que 330 milliards d’euros de subventions ont été accordés en 2022 aux énergies fossiles dans l’UE. Parmi les autres sources de financement possible, un impôt sur la fortune dédié au climat.

À ses côtés, la patronne des Écologistes Marine Tondelier a acquiescé : « C’est courageux, c’est juste. Certains vont nous dire que c’est trop ambitieux, mais dans quelques années, on se demandera pourquoi on ne l’a pas fait plus tôt ».

À voir également sur Le HuffPost :

Élections européennes 2024 : Glucksmann aspire des électeurs de Mélenchon et de Macron grâce à ces sujets

Élections européennes : comment Rima Hassan est devenue le visage de La France Insoumise en campagne