Publicité

Européennes : Malika Sorel-Sutter rejoint le Rassemblement national après avoir soutenu Fillon ou Villepin

Ancien soutien de Fillon ou Villepin, Malika Sorel-Sutter devient la numéro 2 de la liste RN aux européennes.
Ancien soutien de Fillon ou Villepin, Malika Sorel-Sutter devient la numéro 2 de la liste RN aux européennes.

POLITIQUE - Nouvelle recrue au RN. L’essayiste Malika Sorel-Sutter annonce ce dimanche 24 mars rejoindre le Rassemblement national et figurer en deuxième position sur la liste de Jordan Bardella aux européennes, pour faire face au « chaos migratoire ».

Européennes : Éric Ciotti lance la campagne de François-Xavier Bellamy en appelant les électeurs de droite à « revenir »

« Aujourd’hui, en soutenant Marine Le Pen, en étant numéro 2 de la liste conduite par Jordan Bardella, je souhaite participer à la recomposition française », explique-t-elle dans Le Figaro, à deux mois et demi du scrutin du 9 juin.

Née en France, cette fille d’Algériens était membre du Haut Conseil à l’intégration durant le quinquennat de Nicolas Sarkozy. Elle a écrit plusieurs essais sur l’immigration et ce qu’elle appelle la « décomposition de la France », en reprochant à « une partie » des immigrés de se « retourner contre la terre d’accueil ».

Un « chaos » « migratoire, sécuritaire, scolaire »

Après avoir soutenu Dominique de Villepin au milieu des années 2000, puis François Fillon 10 ans plus tard – elle était toute proche de lui à la tribune lors du meeting du Trocadéro – elle explique ne pas avoir « trouvé, chez LR, de personnalité qui ait suffisamment de courage politique pour redresser la France et bâtir l’Europe des nations et des peuples qui s’impose ».

Elle estime donc désormais que le Rassemblement national, donné largement en tête des intentions de vote pour le 9 juin, « est le seul parti qui défende les intérêts supérieurs de la France et du peuple français » et peut lutter contre la « crainte d’une libanisation de la France », avec un « chaos » « migratoire, sécuritaire, scolaire ». Rien de moins.

Invité à réagir à ce ralliement, ce dimanche sur Cnews, Éric Ciotti n’a pas caché son amertume expliquant que « la vie politique n’est pas dénuée d’opportunisme ». « Certains vont dans ce sens, libre à eux », a-t-il encore soufflé.

À voir également sur Le HuffPost :

Européennes : les centristes de l’UDI, alliés de LR au Sénat, rejoignent le camp Macron

Européennes : quand Gabriel Attal fait du porte-à-porte pour présenter Valérie Hayer (et confirmer sa passion canine)