Publicité

Européennes : Éric Ciotti lance la campagne de François-Xavier Bellamy en appelant les électeurs de droite à "revenir"

Le président des Républicains appelle ses électeurs à ne plus s’égarer, du côté des macronistes comme de celui du Rassemblement national.

« Revenez ! » : l’appel de Ciotti (ici le 23 mars à Auberviliers) aux électeurs de droite « égarés » avant les européennes

POLITIQUE - Dis, mais quand reviendras-tu ? Le président des Républicains, Éric Ciotti, a lancé un « appel » aux électeurs de droite « égarés », ce samedi 23 mars lors du premier grand meeting de campagne de son parti, les exhortant à « revenir au sein de leur famille politique » aux élections européennes.

Élections européennes 2024 : François-Xavier Bellamy face au péril de faire pire qu’en 2019

« Revenez ! Revenez au milieu de vos valeurs, revenez au sein de votre famille politique. Peu importent les chemins empruntés, nous devons nous rassembler pour la France », a-t-il déclaré, comme vous pouvez le voir ci-dessous, devant quelque 3.000 militants venus assister à l’évènement aux Docks de Paris à Aubervilliers, en Seine-Saint-Denis.

Alors que sa tête de liste François-Xavier Bellamy stagne entre 7 % et 8 % dans les sondages, le député des Alpes-Maritimes a lancé « un appel à ceux qui, à droite, depuis 2017, se sont éloignés de nous : le 9 juin, n’égarez pas de nouveau votre vote ».

"On ne s’improvise pas chef de guerre"

Il a surtout lâché ses coups contre Emmanuel Macron, « l’homme qui valait mille milliards d’euros de dette » et ses « déclarations va-t-en-guerre sur l’Ukraine ». « On ne s’improvise pas chef de guerre, avec des gants de boxe », a-t-il ajouté, raillant de récentes photos diffusées par l’Élysée.

À sa suite, la numéro deux de la liste, l’agricultrice Céline Imart, a également ciblé le chef de l’État, « spécialiste du grand enfumage ». « Lorsque ses deux quinquennats seront terminés, que restera-t-il ? Des mots, des palabres (...) mais rien pour la France, rien pour nos enfants », a-t-elle appuyé. François-Xavier Bellamy a lui raillé le « Mozart de la Finance » et son ministre Bruno Le Maire qui « découvre tous les matins » qu’il est ministre de l’Économie.

Les différents orateurs n’ont pas épargné non plus le Rassemblement national, reflet de la position difficile de François-Xavier Bellamy et du rétrécissement de son espace politique. Éric Ciotti a ainsi fustigé ceux « qui accentueraient la dégringolade financière et le chaos budgétaire avec un programme économique qui réhabilite l’assistanat. »

À voir également sur Le HuffPost :

  

Ce député RN dénonce les poulets d’élevages venant d’Ukraine en publiant une photo prise… en Vendée

Emma Rafowicz, présidente des Jeunes socialistes, accuse la « LFI sphère » d’attaques antisémites