Euromillions: il gagne un million d'euros à deux reprises en l'espace de deux ans

Euromillions: il gagne un million d'euros à deux reprises en l'espace de deux ans
Une grille de l'EuroMillion (illustration). - AFP
Une grille de l'EuroMillion (illustration). - AFP

Beaucoup aimeraient avoir autant de chance. Alain (le prénom a été modifié) a gagné deux fois au loto en deux ans. La première fois en 2020, la seconde en avril 2022, selon la FDJ. Il a gagné à chaque fois avec My Million, un code attribué automatiquement pour tout achat d'une grille EuroMillions, pour lequel un gagnant d'un million d'euros est "garanti en France" deux fois par semaine, selon la FDJ.

"J’ai été vérifier sur Internet, où j’ai vu qu’en effet j’avais gagné à My Million. Dans un premier temps je n’y ai pas trop cru", explique Alain au Dauphiné libéré.

"Je suis allé jusqu’à me poser la question: quel intérêt je pouvais représenter pour que quelqu’un s’amuse à pirater le site de La Française des Jeux pour me faire croire que j’avais gagné… Donc j’ai mis un peu de temps pour prendre contact avec la FDJ", poursuit-il.

Un mariage et un appartement

Alain a déclaré au Dauphiné libéré avoir acheté un appartement pour loger un de ses enfants avec son premier gain. Il a "un peu profité du reste" pour la fête de son remariage et le voyage de noces notamment.

Le néo-millionaire n'a pas pour autant arrêté de jouer et a gagné une nouvelle fois en avril. Avec cet argent, il "envisage d’acheter de nouveau de l’immobilier, pour y habiter, mais sans être pressé".

À la question que tout le monde se pose: "faut-il continuer de travailler quand on gagne au loto?", Alain apporte sa propre réponse: "j’ai continué mon activité professionnelle en tant qu’indépendant, même si je suis plus détendu maintenant".

Alain n'est pas la première personne à gagner plusieurs fois à un jeu de loterie. La FDJ rapporte par exemple l'histoire d'une Toulonnaise qui a gagné 6000 euros au jeu Keno et 6 millions au loto en moins de 48 heures en 2021, en jouant les mêmes numéros. "Maintenant, je suis dans la logique du 'jamais deux sans trois!'", confie Alain au Dauphiné libéré.

Article original publié sur BFMTV.com