Publicité

"On a eu deux ou trois coups de chaud..." : Arnaud Ducret évoque le tournage à Marseille de Mercato (TF1)

Qui est Thomas Chevalier, votre personnage ?

Arnaud Ducret : C’est un flic de la brigade financière de Paris. Il est excellent dans son domaine, mais totalement inapte aux enquêtes de terrain. En résumé, Thomas est plus comptable que flic. Alors qu’il se trouve à l’aéroport, avec ses deux enfants, le policier intervient pour libérer la nouvelle recrue de l’OM, victime d’une prise d’otage, et le blesse. En guise de sanction, il est muté à Marseille, à la tête d’un groupe de trois flics aux méthodes peu orthodoxes, dont la lieutenante Nora Kader (Manon Azem), qui brigue sa place. C’est le début de la galère.

Mais n’était-il pas déjà malheureux dans sa vie de famille ?

En effet, sa femme est en train de se barrer avec l’un de ses supérieurs hiérarchiques à la financière. Tout lui tombe dessus. C’est un anti-héros, qui a quand même des moments de bravoure, avec sa tête plutôt qu’avec ses poings.

Il rappelle Gabriel Martinet, que vous jouiez dans la série Parents mode d’emploi, sur France 2

C’est vrai que lorsque je me retrouve à jouer avec des gosses, je ne peux m’empêcher de penser à ce personnage débordé par ses enfants. Ce rôle m’a aussi touché parce qu’il évoque ces papas séparés qui n’ont pas la garde de leurs enfants.

À lire également

Un homme ordinaire (M6) Arnaud Ducret : "Les scènes de meurtre ont été très difficiles..."

A-t-il été aisé de tourner dans les quartiers difficiles de Marseille ?

Ça s’est plutôt bien passé. On a quand même eu deux ou trois coups de chaud, à cause de gars qui ont tenté de monnayer l’autorisation de tourner dans ces quartiers. On est même tombés par hasard sur « un vrai point de chouf » (lieu de deal, ndlr) avec un gars en cagoule qui contrôlait les entrées et les sorties du secteur.

La présence du rappeur marseillais Kofs, de son vrai nom Foued Nabba, qui joue l’un de vos adjoints Ange Colona, a-t-elle aidé à pacifier les choses ?

Oui et non. Les jeunes l’aiment bien, mais on a pu surtout compter sur le concours de producteurs plutôt largement implantés dans la cité phocéenne, lesquels nous ont bien facilité la tâche. Mais bon, il ne faut pas dramatiser. Les Marseillais ont été dan...

Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi